Letchimy : Guéant hué à l'Assemblée

  • A
  • A
Letchimy : Guéant hué à l'Assemblée
Très attendue, la question adressée à Claude Guéant mercredi a été l'occasion pour les socialistes de huer le ministre de l'Intérieur.@ Reuters
Partagez sur :

Les socialistes ont chahuté le ministre de l'Intérieur qui commentait le programme de Holande.

La tension était encore palpable mardi à l'Assemblée nationale : après le départ inédit du gouvernement mardi à la suite d'une allusion au "nazisme" de Claude Guéant par un député apparenté PS, une question à l'adresse de Claude Guéant a donné lieu mercredi a un certain chahut, rapporte Le Monde.

"Dehors!" lance les socialistes

La question était programmée parmi d'autres questions d'actualité au gouvernement. La tension est monté d'un cran chez les socialistes quand la députée UMP Marie-Christine Dalloz a pris le micro pour demander au ministre de l'intérieur ce qu'il pensait des propositions de François Hollande en matière de sécurité. Des huées sont alors montées des bancs socialistes, certains députés faisant claquer leurs pupitres et hurlant "dehors!".

"L'application du programme de François Hollande signerait le retour de l'insécurité en France", a lâché Claude Guéant toujours sous les huées. 

En début de séance, le président de l'Assemblée Bernard Accoyer était revenu sur "l'incident d'une exceptionnelle gravité" survenu mardi.  Il a rappelé avoir réuni "immédiatement" les présidents des groupes et convoqué l'auteur des propos "qui ont suscité l'indignation des députés et des membres du gouvernement".

Une réunion à l'Assemblée mardi sur le "cas" Letchimy

Le bureau de l'Assemblée nationale se réunira, par ailleurs, le 14 février au matin pour "décider des suites à donner au trouble profond créé par les propos inadmissibles" du député apparenté PS Serge Letchimy en réaction à des déclarations de Claude Guéant.

Soulignant avoir décidé de convoquer en urgence le bureau de l'Assemblée, Bernard Accoyer (UMP) a précisé que la réunion se tiendra avant la reprise des questions au gouvernement, le 14 février au matin. 

Des sanctions disciplinaires allant jusqu'à l'exclusion temporaire

Bernard Accoyer a dit avoir convoqué l'auteur des propos controversés, Serge Letchimy, député de Martinique. Ce dernier court le risque d'être sanctionné par le bureau d'une censure simple, qui entraînerait la privation pendant un mois de la moitié de son indemnité parlementaire, ou d'une censure avec exclusion temporaire.

Serge Letchimy avait provoqué mardi le départdes membres du gouvernement, ainsi que des députés UMP, et la levée de la séance en déclarant : "mais vous, Monsieur Guéant vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration", avant de se référer dans le brouhaha au "régime nazi". Il entendait dénoncer ainsi les propos du ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, selon lequel toutes les civilisations "ne se valent pas".