Les Verts haussent le ton contre Sarkozy

  • A
  • A
Les Verts haussent le ton contre Sarkozy
@ REUTERS
Partagez sur :

Les écologistes se montrent particulièrement virulents à l’encontre de la politique du président.

"Nicolas Sarkozy prend les Français pour des imbéciles", il "pratique un racisme d’Etat", il "invente des méchants successifs". Depuis début août, les Verts multiplient les sorties médiatiques pour dénoncer le virage sécuritaire opéré par le gouvernement.

Eva Joly a ouvert le bal en déclarant jeudi au Journal du Dimanche : "Ce que veut Nicolas Sarkozy, c’est ‘le gros rouge qui tache’, comme il l’a dit lors du débat sur l’identité nationale. Le tir de barrage contre les Roms et l’insécurité est de la même veine. C’est une éthique de la provocation, un racisme d’État".

Le mythe du "méchant"

Cécile Duflot a renchéri lundi matin sur Europe 1, affirmant : "Ce qui est tragique dans ce que fait le président de la République, c'est qu'il attaque les fondements de notre démocratie, c'est-à-dire la capacité de vivre ensemble".

"Sa méthode, c'est de dire ‘on va vous protéger contre les méchants’ et on invente des méchants successifs", a-t-elle poursuivi, estimant que cela revenait à "prendre les gens pour des imbéciles".

Sarkozy "prend les Français pour des cons"

Le leader d'Europe Ecologie Daniel Cohn-Bendit a poursuivi l’assaut verbal en affirmant lundi après-midi que le président de la République prenait les Français "pour des cons" sur les questions de sécurité, attisant un "populisme de l'exclusion pour rassembler la droite dure" sur le dos des minorités.

"Si je suis poli, je dis que Nicolas Sarkozy prend les Français pour des imbéciles. Le fond de ma pensée est qu'il les prend pour des cons", a martelé l'eurodéputé au journal Le Monde, avant de juger "stupide" le projet de déchéance de la nationalité pour certains crimes.

Occuper l’espace laissé libre par les socialistes

Du côté du PS, les réactions ont été moins virulentes, les socialistes ayant préféré ne pas s’aventurer sur un terrain où ils ont longtemps été taxés de laxisme.

Depuis le discours sécuritaire de Nicolas Sarkozy à Grenoble, seul le peu connu secrétaire national Christophe Borgel a été chargé de marteler un seul et même message : "c’est l’UMP qui dirige le pays" depuis 2004, les problèmes de sécurité lui sont donc imputables.