Les frondeurs veulent présenter un candidat à la présidentielle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les frondeurs ont l'intention de présenter un candidat en 2017, si une primaire n'est pas organisée par le Parti socialiste. 

Ils ont perdu une bataille, mais poursuivent la guerre. Les frondeurs, qui ont échoué à présenter une motion de censure mercredi 11 mai, proposeront un candidat à l'élection présidentielle de 2017. Si une primaire n'était par organisée au PS, ils souhaitent présenter une personnalité, dont la sensibilité politique se situe entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. 

Hamon, Aubry, Montebourg ? Les dissidents de gauche ont les moyens de leurs ambitions : avec une trentaine de députés frondeurs, obtenir 500 signatures d’élus locaux est tout à fait accessible. Il faut maintenant trouver le candidat idoine : Benoît Hamon, signataire de la motion de censure, en rêve, Martine Aubry en a l’étoffe. Quant à Arnaud Montebourg, il est persuadé qu’il correspond au moment.

Le retour de Montebourg. Alors que la majorité s'est fracturée sur le débat de déchéance de nationalité et sur la Loi Travail, l'ancien ministre de l'Economie se désigne comme un repère pour la gauche. Il annoncera son retour et le lancement d'un projet pour 2017, lundi 16 mai, lors de son traditionnel pèlerinage au Mont Beuvray en Saône-et-Loire. Ce sera son premier grand discours depuis son retrait de la politique. 300 personnes sont attendues, dont des frondeurs, qui ont confirmé leur présence.

La gauche en charpie pour 2017. Le risque d'un dispersion des voix à gauche lors de la prochaine élection présidentielle est donc majeure. D'autant qu'il faut envisager d'autres candidatures : celle, potentielle, de l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot, et celles, confirmées, de Philippe Poutou pour le NPA, ou encore de Nathalie Artaud de Lutte Ouvrière. 

Cela ferait donc six candidats pour un total d'intention de vote à gauche historiquement bas selon les sondages, de 32% à 35%. C’est donc l’échec assuré pour les frondeurs, mais aussi pour François Hollande, fossoyeur de sa propre majorité.