Législatives : Mélenchon face à Le Pen ?

  • A
  • A
Législatives : Mélenchon face à Le Pen ?
Jean-Luc Mélenchon envisage de se présenter aux législatives à Hénin-Beaumont, face à Marine Le Pen.@ REUTERS
Partagez sur :

Le patron du Front de gauche pourrait se présenter dans le Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont.

Y aura-t-il un duel des deux Fronts à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais ? Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de gauche à la présidentielle, envisage de se présenter aux élections législatives dans ce fief de Marine Le Pen. "Il m'a dit qu'il réfléchissait", a indiqué à Europe 1 Hervé Poly, le candidat prévu dans la circonscription, qui en a discuté avec lui mercredi soir.

"Il nous donnera une réponse dans le week-end, au plus tard lundi". Le but de cette candidature : envoyer un "message fort", pour "dire que la gauche veut se rassembler pour tourner une page face à l'extrême-droite". "Là, la volonté c'est d'aller chercher le poste, pour tourner la page", martèle Hervé Poly, qui est également responsable du PCF local.

Un sondage pour tester la candidature

D'après La Voix du Nord, l'idée d'une candidature de Jean-Luc Mélenchon viendrait de Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste. Mais selon les informations d'Europe 1, le leader du Front de gauche pourrait aussi se présenter en Gironde, face à l'écologiste Noël Mamère. Son nom est aussi évoqué pour la sixième circonscription de Paris, où se présente Cécile Duflot, à Marseille, dans le Val-de-Marne ou encore à Montpellier

Dans le Pas-de-Calais, un duel entre les deux figures emblématiques que sont Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon serait explosif. Reste à savoir si l'électorat serait favorable à une candidature du second, qui a réalisé un peu moins de 12% au premier tour, contre plus de 35% des voix pour Marine Le Pen. Le Front de gauche serait en train de faire réaliser un sondage pour tester la candidature. 

Des mots durs sur le PS local

Il faudrait aussi que le PS, empêtré dans les affaires depuis la mise en examen de l'ancien maire, Gérard Dalongeville, accepte de s'effacer. Il devra pour cela oublier que Jean-Luc Mélenchon avait eu, il y a quelques années, des mots très durs sur les responsables locaux du PS, qu'il avait comparé à une armée de bras cassés, de menteurs, de tricheurs et de bidonneurs d'élections internes.