Législatives : le PS a investi ses candidats

  • A
  • A
Législatives : le PS a investi ses candidats
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les socialistes ont investi samedi leurs candidats pour les législatives, Jack Lang est écarté.

Accord avec les écologistes, accusations de corruption dans le Pas-de-Calais, conflits d'ego, la convention du Parti socialiste était chargée. Le PS s'est réuni samedi matin en convention nationale au Cnit de La Défense pour ratifier les candidatures socialistes aux législatives.

Sur les 174 délégués présents, 164 ont voté pour les candidatures retenues, 6 ont voté contre et 4 se sont abstenus, a annoncé samedi Pascale Boistard, membre de la commission électorale. Au total 420 candidats ont été désignés. La principale surprise de la journée, c'est la non investiture de Jack Lang dans le Pas-de-Calais.

Les socialistes devaient initialement valider les choix faits dans près de 430 circonscriptions sur les 577 que compte l'Assemblée nationale. Une grosse centaine de candidatures sont en principe réservées aux partenaires de la majorité, une soixantaine pour Europe Ecologie - Les Verts (EELV), 35 pour le Parti radical de gauche (PRG) ainsi qu'une dizaine pour d'autres partenaires.

Parité et diversité

Les 1er et 2 décembre derniers, les militants avaient voté pour désigner les candidats dans la plupart des circonscriptions. Dans une trentaine de circonscriptions cependant, c'est le Bureau national qui a choisi directement le candidat sans demander l'approbation de la base. Il s'agit notamment des seize circonscriptions des Bouches-du-Rhône et des neuf de l'Hérault.

L'équilibre a été cependant délicat. Premières équations à résoudre : la parité et la diversité. Selon la direction du PS, les objectifs de parité sont atteints, avec près de 50% de candidates femmes. De 49 sièges à l'Assemblée elles pourraient en occuper entre 80 à 90 à l'issue du scrutin. La diversité, elle, n'en est pas encore là. Au total, il devrait y avoir 25 à 26 candidats issus de l'immigration ou de l'outre-mer, dont six ont été directement investis par le Bureau national. L'objectif est qu'ils obtiennent au moins une dizaine de sièges.

Jack Lang ne sera pas investi dans le Pas-de-Calais

Mais c'est surtout le cas de la fédération du Pas-de-Calais qui a cristallisé les crispations. Des informations sur un possible système de corruption dans la plus grosse fédération socialiste de France ont été révélées récemment. Après un courrier d'Arnaud Montebourg à Martine Aubry lui demandant de faire le ménage, la première secrétaire du PS avait annoncé jeudi la création d'une commission d'enquête interne sur cette affaire.

Par ailleurs, trois des 20 circonscriptions "gelées", pour lesquelles un bureau national du PS décidera courant janvier des investitures, sont dans le Pas-de-Calais, a indiqué samedi Christophe Borgel, secrétaire national aux élections, à l'issue de la Convention du PS. Outre celle de Liévin (12e) "gelée" en raison de l'enquête préliminaire visant le député-maire sortant Jean-Pierre Kucheida, deux autres circonscriptions n'ont pas de candidats désignés : celle d'Hénin-Beaumont (11e), où devrait se présenter la présidente du FN Marine Le Pen, et celle de Béthune (9e), a indiqué Christophe Borgel.

La situation de Jack Lang, qui a refusé de se présenter au vote des militants, a finalement été tranchée. L'ancien ministre, âgé de 72 ans, n'a pas été investi dans le Pas-de-Calais, dont il est député sortant. C'est Brigitte Bourguignon qui se présentera devant les Français. Reste à savoir où sera parachuté l'ancien ministre de la culture.

Une vingtaine de circonscriptions gelées

Au centre notamment des bisbilles à l'origine de l'ensemble des circonscriptions encore gelées, l'accord avec les écologistes dont nombre de partisans de François Hollande affirment avoir fait les frais au profit des proches de Martine Aubry. Le candidat socialiste à la présidentielle a d'ailleurs préféré ne pas se rendre à la convention pour éviter ce nid de guêpes.

Le cas de ces circonscriptions sera tranché lors d'un bureau national en janvier. Entre-temps, le conseil fédéral d'EELV devra à son tour valider ses investitures pour 2012, le week-end des 17 et 18 décembre.*