Législatives : "autre solution" pour Lang

  • A
  • A
Législatives : "autre solution" pour Lang
"Mes camarades réfléchissent à une autre solution qui n’est pas dans le Pas-de-Calais. Deux, trois pistes, en métropole, m’ont été données mais je ne peux pas dire lesquelles. Rien n’est encore décidé", assure Jack Lang.@ Maxppp
Partagez sur :

Non réinvesti dans le Pas-de-Calais, il dit que Hollande souhaite qu'il "reste à l'Assemblée".

Trop, c'est trop. Mis en cause par Arnaud Montebourg concernant le financement occulte de la fédération PS du Pas-de-Calais, Jack Lang a décidé de taper du poing sur la table. Dans une interview au Journal du dimanche, le socialiste réplique au député de Saône-et-Loire. L'ancien ministre, qui n'a pas été réinvesti samedi dans le Pas-de-Calais par le PS pour les législatives de 2012 assure par ailleurs que François Hollande souhaite qu’il reste à l’Assemblée.

"Une autre solution qui n’est pas dans le Pas-de-Calais"

Dans cet entretien, le socialiste revient également sur sa non désignation dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais pour les législatives samedi. "En réalité, cette nouvelle 6e circonscription n’était plus la mienne. Elle a été reconfigurée et métamorphosée", explique-t-il, "très heureux que dans cette nouvelle circonscription, le PS ait préféré investir une femme [Brigitte Bourguignon]".

Et à ceux qui s'imaginent déjà que Jack Lang sera absent de la prochaine Assemblée nationale, le député met les choses au clair. "François Hollande m’a dit qu’il aimerait que je reste à l’Assemblée", assure-t-il. "Mes camarades réfléchissent à une autre solution qui n’est pas dans le Pas-de-Calais. Deux, trois pistes, en métropole, m’ont été données mais je ne peux pas dire lesquelles", précise Jack Lang, qui avoue par ailleurs avoir pour le moment la tête ailleurs : "pour moi, aujourd’hui, la bataille mère est la campagne présidentielle". Sur Europe 1, il a cependant indiqué qu'il irait, "éventuellement", "dans une circonscription aujourd'hui détenue par la droite".

La convention nationale du PS a investi samedi à une écrasante majorité la plupart de ses candidats aux législatives. Au total 420 candidats ont été désignés, mais une vingtaine de circonscriptions restent "gelées". Les cas de ces 20 circonscriptions gelées, dont trois se situent justement dans le Pas-de-Calais, seront tranchés lors d'un bureau national en janvier, a indiqué Christophe Borgel, secrétaire national aux élections.

"Les bouffonneries n’ont que trop duré"

Mis en cause par Arnaud Montebourg dans un "système de corruption" d'élus socialistes dans le Pas-de-Calais, Jack Lang répond par ailleurs que "ni de près, ni de loin, sauf dans l’étrange cerveau de Montebourg", il n'est "lié à cette question" dont il "ignore tout".

L'ancien ministre dit aussi apporter tout son soutien au député PS Jean-Pierre Kucheida, "un ami". "J’admire son travail. L’œuvre qu’il a accomplie pour le logement minier est exceptionnelle. Je ne comprends pas qu’on jette sur lui le discrédit sans preuve", s'indigne-t-il à propos de son collègue visé par une enquête préliminaire après des accusations de financement occulte de la fédération du Pas-de-Calais et d'emplois fictifs.

Le député, estime par ailleurs qu'avec cette mise en cause d'Arnaud Montebourg  "la ligne jaune a été franchie" et que "les bouffonneries n’ont que trop duré". Jack Lang a chargé vendredi son avocat de porter plainte pour diffamation contre le député PS Arnaud Montebourg, auquel il a promis "une bonne paire de gifles" pour l'avoir mis en cause dans une lettre évoquant un "système de corruption" d'élus socialistes dans le Pas-de-Calais.