Lefebvre s'active outre-Atlantique

  • A
  • A
Lefebvre s'active outre-Atlantique
Du 23 au 28 février, Frédéric Lefebvre sera en déplacement à San Francisco et Los Angeles.@ AFP
Partagez sur :

Troisième déplacement en Amérique du Nord pour le secrétaire d'Etat... et candidat aux législatives.

Son cabinet l'affirme : son déplacement n'a "rien à voir" avec les élections législatives. Alors que Frédéric Lefebvre est le candidat désigné par l'UMP de la première circonscription des Français de l'étranger (Etats-Unis, Canada), le secrétaire d'Etat au Tourisme effectue, jeudi, son troisième voyage outre-Atlantique en mois d'un mois. "Sa campagne n'est pas lancée", "il ne parle pas des législatives" lors de ses déplacements, "n'a accordé aucune interview sur ce sujet", assure son entourage.

Selon ses collaborateurs, l'unique motif de son voyage est de promouvoir "la destination France". Du 23 au 28 février, Frédéric Lefebvre sera donc à San Francisco et Los Angeles. Outre la défense touristique du pays, il viendra parler  de "développement et de compétitivité des entreprises", précise son agenda officiel.

Des réunions privées avec les militants

Si ces proches affirment qu'il n'y a aucun lien avec les futures élections législatives, le secrétaire d'Etat ne se ménage en tout cas pas ces dernières semaines pour occuper le terrain en Amérique du Nord. Il s'est déjà rendu en janvier dernier au Canada sur le thème de "la simplification administrative", l'un de ses chevaux de bataille. Il défendait d'ailleurs, lundi au Sénat, la proposition de loi sur la simplification du droit et l'allègement des démarches administratives.

Du mercredi 8 au dimanche 12 février, il était cette fois sur la côte Est pour défendre, à New York, la fête de la gastronomie et "représenter le gouvernement au 1er symposium mondial des conseillers du Commerce Extérieur de la France à Miami", normalement sous la tutelle de Pierre Lellouche.

Seule note politique de ce troisième voyage en Amérique du Nord : il assistera à des réunions privées avec les militants UMP locaux. Mais "comme il y en a aussi en province", insiste son cabinet.