Le Roux : "Valls n'est pas un ministre seul"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW - Le chef de file des députés socialistes rejette l'idée que le Premier ministre ait voulu faire un coup de force en recevant une centaine d'élus.

L'INFO. Manuel Valls a réuni une petite centaine de parlementaires socialistes, jeudi soir, dans les locaux de la questure de l'Assemblée nationale. Pour Bruno Le Roux, patron des députés PS invité jeudi matin d'Europe 1, il ne s'agissait aucunement d'une démonstration de force de la part du Premier ministre : "c'était une démonstration d'amitié, avec quelques amis. Manuel Valls est un leader politique. On parle souvent d'un ministre seul, il n'est pas seul, il compte en dehors du soutien massif du groupe, de nombreux amis."

>> LIRE AUSSI - Valls " le guerrier "met un coup de barre à gauche

"Valls appelle chacun à sa responsabilité". Interrogé sur les coups de menton de Manuel Valls des derniers  jours, qui semble vouloir assurer à tout prix qu'il va rester à Matignon jusqu'en 2017, Bruno Le Roux estime qu'il "rappelle surtout qu'il veut faire réussir la France et que les socialistes ont intérêt à se mobiliser. Il a les yeux sur l'horizon. Il sait qu'il y a en 2015 des élections, un congrès, des moments difficiles, donc il rappelle chacun à sa responsabilité. Nous sommes là avant tout pour redresser la France et non pour nos petits débats internes."

"Le compte pénibilité est dans l'ADN de la gauche". Pierre Gattaz et certains membres de l'opposition ont réclamé la suppression du compte individuel pénibilité, ce qu'a refusé Marisol Touraine au nom de la loi… alors que François Rebsamen, ministre en charge du dossier interrogé sur Europe 1, a assuré du contraire. Qu'en est-il ? "Le compte pénibilité est dans l'ADN de la gauche. Celle majorité l'a fait et il est hors de question de le remettre en cause."

>> LIRE AUSSI - Le gouvernement s'irrite des "provocations" du Medef

"La transparence implique l'exemplarité".Au lendemain de la démission de Faouzi Lamdaoui, proche conseiller de Hollande, qui fait suite à celle de Kader Arif la semaine dernière et, plus anciennement celle de Thomas Thévenoud.  Bruno Le Roux juge que "la transparence implique l'exemplarité. Tous les noms que vous me citez ne font pas autant d'affaires que celles qui sont accolées à une seule personnalité de l'opposition, Nicolas Sarkozy."

>> LIRE AUSSI - Une centaine de parlementaires dans le viseur du fisc

L'intégralité de l'entretien en vidéo :



Bruno Le Roux : "Mr Gattaz pense à son profit"par Europe1fr