Le remaniement du gouvernement finalement annoncé au plus tôt mercredi

  • A
  • A
Le remaniement du gouvernement finalement annoncé au plus tôt mercredi
Christophe Castaner doit être remplacé en tant que porte-parole du gouvernement.@ Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :

Le remaniement du gouvernement sera annoncé au plus tôt mercredi après avoir été reporté mardi pour cause de vérification du patrimoine d'éventuels nouveaux membres.

On l'attendait mardi, c'est finalement mercredi au plus tôt que devrait être annoncé le remaniement du gouvernement, a déclaré tard mardi soir à l'AFP l'entourage du président Emmanuel Macron. Ce retard est lié notamment à la vérification du patrimoine d'éventuels nouveaux ministres. "Un remaniement simple, ça n'existe pas", a résumé auprès d'Europe 1 un conseiller du président de la République.

D'après nos informations, une ou plusieurs personnalités vont bien faire leur entrée au gouvernement, sûrement à Bercy où Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont demandé à être épaulés par des secrétaires d'État.

Griveaux pressenti à la place de Castaner. Ce mini-remaniement vise notamment à nommer un nouveau porte-parole du gouvernement en remplacement de Christophe Castaner, qui a pris la direction de La République en marche (LREM). Il devrait être remplacé par Benjamin Griveaux, 39 ans, actuel secrétaire d'Etat à l'Economie et l'un des proches du chef de l'Etat, selon une source proche d'Emmanuel Macron. Mais l'entourage de Griveaux joue la prudence et répète que jusqu'au bout, tout peut encore changer.

Dans le même temps, Christophe Castaner devrait conserver son poste de secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, comme il en a émis le souhait, selon la même source. Benjamin Griveaux pourrait pour sa part être remplacé par une députée macroniste à son poste à Bercy, auprès du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. En attendant, c'est donc Christophe Castaner, en tant que porte-parole du gouvernement, qui devrait faire le compte-rendu du Conseil des ministres à la mi-journée mercredi. 

Vérifications d'usage. Comme pour les deux premiers gouvernements d'Edouard Philippe, la direction générale des Finances publiques et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ont été chargées de vérifier que les ministres pressentis étaient en règle et qu'ils ne se trouvaient pas dans des situations de conflit d’intérêt. La présentation du premier gouvernement en mai avait déjà dû être reportée pour permettre ces vérifications.