Le remaniement, c'est pas pour maintenant

  • A
  • A
Partagez sur :

LES SECRETS POLITIQUES - L'exécutif attendra quelques semaines pour ne pas donner l'impression de céder au verdict des urnes.

L'INFO.Les départementales approchent à grand pas. Et du côté du gouvernement, on anticipe déjà la débâcle à venir. Le remaniement est donc dans toutes les têtes. A Matignon, il se prépare même activement, selon les informations d'Europe 1.

Ne pas donner l'impression de céder à la pression. "Je ne crois pas à un remaniement, ce n'est pas le sujet". N'en déplaise à Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, le "sujet" est bel et bien sur la table. François Hollande et Manuel Valls sont sur la même ligne et ont décidé de ne pas réagir à chaud après la proclamation des résultats, qui devraient acter la montée en puissance du Front national. Objectif : déconnecter le résultat du remaniement pour ne pas donner l’impression de céder à la pression des urnes. Conclusion : le remaniement ne devrait pas avoir lieu avant la fin du mois d'avril, voire début mai. Et ni le Premier ministre ni l’orientation politique ne seront remis en cause.

Faire revenir les écolos. L'Elysée utilisera toutefois cette séquence pour élargir l’assiette politique du gouvernement. Dit autrement : rassembler le plus possible la famille de gauche en donnant des postes aux uns et aux autres. François Hollande espère ainsi toujours le retour des écologistes au gouvernement, l'idée étant d'empêcher Cécile Duflot de se lancer en solitaire à la présidentielle de 2017. Les favoris : Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili.

"Il faudra sacrifier au moins un proche du président".Martine Aubry a également réclamé trois portefeuilles pour ses amis. Manuel Valls pourrait en accepter deux. Les noms les plus cités sont ceux de François Lamy et de Jean-Marc Germain. D'autres, actuellement au gouvernement, sont sur la sellette, comme Marisol Touraine, François Rebsamen ou Marilyse Lebranchu. Emmanuel Macron n'a pas ce problème, et lui est ambitieux : il se rêve en seul maître à bord à Bercy. Si rien n'est encore acté dans la tête de François Hollande et Manuel Valls, une certitude est exprimée par un ami du chef de l'Etat : "il faudra sacrifier au moins un proche du président".

>> VIDÉO - C’est quoi le quotidien d’un conseiller départemental ?

>> LIRE AUSSI - Combien gagne un conseiller départemental ?

>> LIRE AUSSI - Cinq choses à savoir sur les élections départementales