Le Pen sur France 2 : Cambadélis propose à Sarkozy de saisir le CSA

  • A
  • A
Le Pen sur France 2 : Cambadélis propose à Sarkozy de saisir le CSA
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

Le premier secrétaire du PS s'indigne de la cinquième participation de Marine Le Pen à l'émission Des paroles et des actes, jeudi.

La polémique ne faiblit pas à propos de la participation de Marine Le Pen à Des paroles et des actes, jeudi sur France 2. Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a écrit mercredi à Nicolas Sarkozy, président des Républicains, pour lui proposer qu'ils saisissent ensemble le CSA pour protester contre l'invitation de la présidente du Front national dans l'émission présentée par David Pujadas.

"Une distorsion dans l'équité médiatique". Alors que Marine Le Pen est candidate aux régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, "cette nouvelle invitation introduit une distorsion dans l'équité médiatique, qui plus est au profit d'un mouvement d'extrême droite. Ceci au moment où dans toute l'Europe, ces mouvements ont le vent en poupe. Voilà pourquoi je vous propose que nous saisissions ensemble le CSA" (Conseil supérieur de l'audiovisuel), écrit Jean-Christophe Cambadélis.

"Il n'est pas admissible que le service public fasse plus de deux heures de publicité pour Mme le Pen au détriment des partis républicains représentés à l'Assemblée nationale (...) Je crois qu'il faut porter un coup d'arrêt à la fascination, à la promotion morbide de l'extrême droite dans le pays", tonne le patron du PS. "Une démarche commune sonnerait comme un rappel à l'ordre et aux valeurs de notre pays", conclut-il à l'adresse du président des Républicains.

Le Pen fustige "le parti unique qui truste 90% du temps de parole". Qu'en pense Marine Le Pen ? Contactée par Le Lab d'Europe 1, la présidente du FN a raillé la démarche de Jean-Christophe Cambadélis : "Le parti unique qui truste 90% du temps de parole politique pense probablement que cela n’est pas encore suffisant".

Marine Le Pen est invitée pour la cinquième fois jeudi de l'émission politique phare de France 2, sur 36 éditions. Son adversaire du parti Les Républicains en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, a lui aussi protesté contre cette invitation.