Le meilleur des petites phrases politiques

  • A
  • A
Le meilleur des petites phrases politiques
@ MONTAGE / MAXPPP
Partagez sur :

Le prix "Press club, humour et politique" primera la meilleure perle de nos politiques fin juin.

Les politiques sont drôles... parfois à leur insu, mais leurs petites perles font le bonheur du Prix "Press club, humour et politique". Pour la neuvième année, un jury récompensera les propos, volontairement ou involontairement, drôles d'une personnalité politique. La sélection des 15 phrases en compétition a été annoncée mercredi.

Côté majorité, sont sélectionnés :

Patrick Devedjian, député et président du conseil général des Hauts-de-Seine, pour : "Il y avait tellement de gens à mon enterrement que j'ai décidé de ne pas m'y rendre".

Jean-Louis Borloo, président du Parti Radical, pour : "Nous sommes tous des émigrés ; seule notre date d'arrivée change".

Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat au commerce, qui, interrogé au Salon du livre sur son livre de chevet, avait répondu "Zadig et Voltaire".

François Baroin, ministre du Budget, à propos de son ancienne collègue : "Michèle Alliot-Marie conserve toute sa légitimité à Saint-Jean-de-Luz".

Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre, pour : "Passer de ministre à promeneur de son chien suppose un énorme travail sur soi-même".

Daniel Fidelin, député UMP de Seine-Maritime, pour : "Vu de la Chine, le port du Havre ne travaille pas".

Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, qui avait déclaré après la tempête de neige sur l'Ile-de-France : "Il n'y a pas de pagaille ; la preuve, le préfet a pu venir en trois minutes".

François Bayrou, président du MoDem, pour : "Rassembler les centristes, c'est comme conduire une brouette pleine de grenouilles : elles sautent dans tous les sens".

A gauche, les sélectionnés sont :

Laurent Fabius, ancien Premier ministre socialiste, pour : "Mitterrand est aujourd'hui adulé mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous".

Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, pour sa blague : "Quel est le féminin de candidat aux cantonales ? C'est suppléante".

André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme, pour : "Dans sa forme historique, le PC est mort ; mais il a encore de l'avenir".

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière, pour : "Je ne serai peut-être pas élue présidente de la République, mais je ne serai pas la seule".

François Hollande, député PS de Corrèze, pour : "Mélenchon, ce qui est terrible, c'est qu'il a été socialiste toute sa vie et que toute sa vie ça va le suivre".

Guillaume Bachelay, secrétaire national à l'industrie du PS, en parlant de Ségolène Royal : "Qu'on commette des erreurs en politique c'est possible; qu'on les commette toutes, c'est fou !".

Gabriel Cohn-Bendit (frère de Daniel), pour : "Les Verts sont capables du meilleur comme du pire ; mais c'est dans le pire qu'ils sont les meilleurs".

18 journalistes et deux humoristes, Laurent Gerra et Anne Roumanoff, composent le jury. Le palmarès sera révélé le 22 juin prochain.