Le manque de ligne politique, “un des drames de ce quinquennat”

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, Hervé Asquin, journaliste correspondant de l'Agence France Presse à l'Élysée dresse un premier bilan de la présidence Hollande.

"François Hollande a beaucoup d’explication à donner et notamment sur sa ligne politique. Il n’a jamais dit s’il était encore socialiste, social-démocrate ou social-libéral. Je crois que c’est l’un des drames de ce quinquennat". Sur Europe 1, Hervé Asquin, journaliste correspondant de l'Agence France Presse à l'Élysée et auteur de "L'Élysée selon Hollande"(Ed.de l'Archipel), dresse un premier bilan de la présidence Hollande.  "Il laisse des courants se développer à sa gauche comme à sa droite. On voit Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron, et le Président est un peu esseulé entre les deux."

"La volonté de ne fâcher personne". Dans l’épilogue de son livre, il ajoute : "François Hollande, c’est la volonté de ne fâcher personne, une volonté farouche de marier les contraires, le règne du 'en même temps'. Le récit national aura cruellement fait défaut, la ligne politique aussi."

Peut-être n’a-t-il pas assez expliqué avant d’agir. Selon lui, une victoire au soir du 7 mai 2017 serait une vraie surprise. "Il a beaucoup de terrain à remonter." Dans les médias et notamment mardi matin, sur Europe 1, le président de la République tentera pourtant de le faire : "Il a de toute évidence un besoin d’explication compte tenu de sa popularité. Peut être n’a-t-il pas assez expliqué avant d’agir."

"Il a su se révéler dans les crises". Pour Hervé Asquin, le président a toutefois su se révéler dans les crises et notamment au moment des attentats. "Il a certainement beaucoup de défauts mais dans ces moments des attentats, il a réagi semble-t-il avec un extraordinaire sang froid. Il essaie de rester toujours le président, y compris face aux victimes. Il ne veut pas se mettre à leur place mais leur apporter une réponse politique."