Le Guen : "Duflot se saisit de toutes les opportunités pour exister"

  • A
  • A
Partagez sur :

Dans une tribune dans Le Monde, Cécile Duflot s'en prend à la politique du gouvernement sur les migrants. Jean-Marie Le Guen lui a répondu avec fermeté.

Un "Waterloo moral", voilà comment Cécile Duflot analyse la politique migratoire de la France. Quelques jours après l'évacuation de 350 migrants africains installés depuis plusieurs mois sous le pont du métro aérien boulevard de La Chapelle à Paris – et ils ont depuis été à nouveau évacués -, la députée écologiste s'est fendue d'une tribune au vitriol dans Le Monde, mercredi. Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux relations avec le Parlement, lui a répondu avec fermeté sur Europe 1.

duflot

"Avons-nous donc perdu et la tête et le cœur". L'ancienne ministre écologiste du Logement, estime dans cette lettre au chef de l'Etat que "la situation faite aux migrants anciennement situés à La Chapelle et désormais régulièrement dispersés par les forces de police, est insupportable". "Avons-nous donc perdu et la tête et le cœur pour ne pas voir que nous faisons fausse route ? A force de professer un pseudo-pragmatisme, nous ne réglons pas les problèmes concrets et nous perdons la bataille des valeurs. Notre politique des migrations est un Waterloo moral", ajoute la députée écologiste. Et de conclure : "Au-delà de la question du droit d'asile, en vérité c'est la question de l'accueil de l'étranger qui est posée."

"Une politique ferme, juste et humaine". Invité à réagir à la sortie de son ancienne collègue, Jean-Marie Le Guen a d'abord rappelé que "Cécile Duflot, il y a longtemps qu'elle a quitté les champs de bataille". Sur le fond, le secrétaire d'État aux relations avec le Parlement a assuré que "la politique menée par ce gouvernement et par Bernard Cazeneuve en matière de migrations est ferme, juste et humaine. Et évidemment personne n'imagine qu'il y ait un nouveau Sangatte dans Paris." Pour lui, "les images (d'évacuation) que vous avez vues étaient un épiphénomène par rapport au traitement qui est mis en place par le préfet de police depuis des jours et des jours. Là où cela s'est compliqué, c'est quand un certain nombre de personnalités ont voulu récupérer ce mouvement".

"Est-ce qu'elle veut un Sangatte à Paris ?" Et là, on ne peut que penser à Cécile Duflot, ce que semblent confirmer ses derniers propos : "elle se saisit de toutes les opportunités qu'elle croit voir pour exister. Et malheureusement, toujours en tirant contre son camp. Mais qu'elle assume ! A-t-elle une autre politique ? Est-elle pour la fin du contrôle des migrations ? Est-ce qu'elle veut un Sangatte à Paris ?"