Le Grand Paris lancé pour "faire bénéficier de l'aura de Paris à un très grand territoire"

  • A
  • A
Partagez sur :

La fusion entre Paris et les 130 communes de la petite couronne qui l'entoure commence vendredi. Interrogé sur Europe 1, Bertrand Lemoine, directeur de recherche au CNRS et architecte, revient sur l’événement.

INTERVIEW

Annoncé en 2007, le Grand Paris est officiellement lancé vendredi 1er janvier. Une fusion entre la capitale et les 130 communes autour d'elle qui crée une nouvelle couche de gouvernance en Île-de-France. Interrogée sur Europe 1, Bertrand Lemoine, directeur de recherche au CNRS et architecte, explique que cette fusion pourrait même aller plus loin. 

Qu'est ce que le Grand Paris ? Dans les faits, la fusion vise à réunir Paris et les trois départements de la petite couronne, plus quelques communes aux alentours, pour "créer une nouvelle entité de gouvernance", indique Bertand Lemoine : "Cette entité se rajoute à des entités existantes : les communes, les départements et la région Île-de-France", précise le spécialiste de Paris. Un couche supplémentaire de gouvernance qui aura des prérogatives particulières, notamment "pour développer l'économie, l'habitat et aménager l'espace urbain". 

Une métropole de 12 millions d'habitants. A terme, l'objectif est de créer une métropole englobant la région Île-de-France et ses 12 millions d'habitants : "On est dans une ville qui va vers une ville polycentrique, avec plusieurs centres, des lieux de vie différents qui coexistent au sein d'un grand ensemble géographique", décrit Bertrand Lemoine. L'idée est également de faire sauter les barrières entre Paris et sa banlieue : "Il s'agit de faire bénéficier, à un très grand territoire et un très grand nombre d'habitants, de l'aura de Paris, qui est une ville mondialement connue avec une identité très forte. Il faut que l'ensemble des habitants de l’Île-de-France puisse être fier de s'appeler 'Parisiens'", conclut-il.