Le coup de sang de Besson dans Capital

  • A
  • A
Le coup de sang de Besson dans Capital
@ Capture d'écran M6
Partagez sur :

VIDEO - Le ministre a quitté mercredi, furieux, l'émission de M6 en plein enregistrement.

"Je me casse. Fait chier". C’est sur ces mots que le ministre de l'Industrie Eric Besson a quitté mercredi le plateau de l'émission Capital de M6 en plein enregistrement, a indiqué une personne présente dans le studio.

Le ministre était invité pour parler du nucléaire avec le journaliste Guy Lagache pour l'émission de dimanche qui a pour thème : "Vivre et consommer écolo : ruée sur les nouvelles solutions vertes". Eric Besson et Guy Lagache ont d’abord eu un échange un peu vif. "En France, la sûreté nucléaire pose problème. On voit qu'il y a des failles sur la façon de sécuriser les installations", a dit le journaliste.

L'échange était particulièrement tendu :

Un témoignage le met en colère

"Mais, non, excusez-moi. D'entrée, je ne suis pas d'accord. Vous avez affirmé d'entrée la sûreté nucléaire pose parfois problème" lui a répondu Eric Besson. "Oui, parfois. Je vous propose d'écouter cet ancien sous-traitant qui était chargé de déceler des défaillances dans des installations", a rétorqué Guy Lagache, en lançant en lançant le témoignage, qui a provoqué le départ du ministre.

Mais Eric Besson a quitté le plateau au moment où était diffusé le témoignage. "Le ministre s'est levé. Il a retiré son micro et l'a jeté sur la table et il a dit : "Allez, je vous laisse. Je me casse. Fait chier", a raconté la personne qui a assisté à la scène. Quand le journaliste lui a demandé ce qu'il faisait, le ministre a répondu : "je me barre".

Besson réagit sur Twitter

Sur sa messagerie Twitter, le ministre écrit qu'il ne serait "aucunement gêné que M6 diffuse toute la séquence. De mon arrivée sur le plateau à mon départ. Rien à craindre". La direction de M6 a décidé vendredi de diffuser l’enregistrement dans son intégralité.

Selon la personne qui a assisté à l'enregistrement, Eric Besson était arrivé vers 14h30, "plutôt de bonne humeur" pour l'émission, suivie en régie par le président de M6 Nicolas de Tavernost et la directrice générale des programmes Bibiane Godefroid.

Kalachnikov et doigt d’honneur

Ce n’est pas la première fois qu’Eric Besson réagit de manière impulsive. En février 2009, il avait adressé un doigt d’honneur à des journalistes de Canal +, qui l’interrogeait sur l'entrée de Philippe de Villiers dans le comité de la majorité.

"Ne répondez pas !", avait lancé le ministre aux militants également présents. Mais l’un d’eux avait fini par s’exprimer. Eric besson s’était alors légèrement écarté du champ de la caméra pour faire un doigt d'honneur au journaliste.

Le doigt d'honneur aux journalistes de canal + :

Autre sortie du ministre, en février 2010, lorsqu’il avait déclaré, en off, sur RMC : "Sarkozy a raison : les médias il faut les passer à la kalachnikov". Eric besson avait aussitôt déclaré qu’il s’agissait d’humour.