Le chat Ayrault et la souris Montebourg

  • A
  • A
Le chat Ayrault et la souris Montebourg
@ MAX PPP
Partagez sur :

Les deux hommes se sont vus vendredi à Matignon après s'être soigneusement évités au Maroc.

• Le contexte. Officiellement, tout va bien entre Arnaud Montebourg et Jean-Marc Ayrault. Preuve de cette bonne entente ? Le Premier ministre a reçu vendredi son ministre du Redressement productif à Matignon pour un déjeuner de travail. "C'était très agréable, nous avons mangé du poulet de Bresse", a simplement déclaré à la sortie de Matignon le ministre. A Rabat, au Maroc, où la France vient de signer 26 accords de coopération pour 280 millions d'euros, les deux hommes ont affiché une réconciliation de façade.

• La mise en scène. Devant les caméras de télévision, Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg ont échangé quelques sourires, lors de leur voyage au Maroc. On a vu, par exemple, le Premier ministre poser la main sur le bras de son ministre du Redressement productif. Manière d'afficher une certaine bienveillance. En retour, Arnaud Montebourg a pris soin d'applaudir le discours du chef du gouvernement.

 

montebourg
Florange, le désaccord persistant. Une fois la mise en scène terminée, Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg ont plutôt cherché à garder leurs distances durant ce déplacement commun au Maroc. Car les deux hommes ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Notamment sur l'idée de nationalisation temporaire défendue avec conviction par le ministre du Redressement productif. Pour Jean-Marc Ayrault, cette option n'est tout simplement pas à l'ordre du jour. Ni à Florange, ni ailleurs. Lors de sa conférence de presse de clôture, jeudi, le Premier ministre a rappelé les règles du jeu. Au sein du gouvernement, il n'y a qu'une seule ligne. La sienne, qui est aussi celle de François Hollande. "Arnaud Montebourg a "parfaitement le droit de défendre ses thèses avant les arbitrages" mais après, "il n'y a qu'une seule politique du gouvernement", a t-il indiqué.

• Des signes qui ne trompent pas. Quand il parle d'Arnaud Montebourg, Jean-Marc Ayrault a du mal à prononcer son nom, alors, il dit "le ministre". Quant au ministre du Redressement productif, on l'a connu plus prolixe. Arnaud Montebourg, qui a été prié de rester discret au cours de ce déplacement, a, de son côté, passé son temps à jouer à cache-cache avec les médias. Alors qu'il était sollicité par la presse, le ministre n'a cessé de répéter "No statement, no statement" (pas de déclaration, ndlr), avec un rire un peu forcé.