Le cas Emmanuel Macron : rester ou partir ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La présence au gouvernement d'un ministre non candidat mais avec un agenda de campagne devient problématique. Pour Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, Emmanuel Macron devra assumer seul son départ.

L'AVIS DE

Pas de déclaration de candidature pour Emmanuel Macron lors du meeting mardi soir de son mouvement "En Marche !", même si le ministre de l’Economie est resté flou sur ses intentions : "Nous porterons ce mouvement jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire", a-t-il lancé devant la salle de la Mutualité à Paris.

L'agacement du Premier ministre. Du côté de Matignon, on s’agace face à cette confusion des genres. Pour le Premier ministre Manuel Valls, "il faut que tout cela s’arrête". En clair : un ministre peut-il avoir un agenda concurrent de celui du président de la République et rester au gouvernement ? Non. Un ministre peut-il défendre un projet en vue de l’élection présidentielle concurrent de celui du président de la République et rester au gouvernement ? Non. Donc Emmanuel Macron doit partir.

Qui peut en décider ? Emmanuel Macron lui-même ou François Hollande. C’est à ces deux hommes que Manuel Valls, gardien de la discipline gouvernementale, s’adresse. À Macron, il dit : "Sois cohérent, pars." À François Hollande, il dit : "fais preuve d’autorité : vire-le."

Quand la politique tourne au western. L’issue la plus probable c’est qu’ Emmanuel Macron ne termine pas le quinquennat à Bercy. La question qui se pose est la suivante : qui du président ou de son ministre tranchera ? C’est un véritable duel qui s’annonce : François Hollande face à Emmanuel Macron. D’un côté le cow-boy expérimenté qui a écumé le Far West de la politique, de l’autre le jeune loup qu’il a lui-même formé et qui a des rêves de puissance. Il n’y a pas de place pour deux. L’entourage d’Emmanuel Macron le pousse à sortir maintenant, sans attendre la rentrée, mais le ministre temporise. Certes, il se prépare à sortir, mais après l’été.

Mais de son côté, François Hollande ne veut pas tirer le premier. Il considère qu’Emmanuel Macron est moins dangereux, et reste même un atout à ses côtés, au gouvernement plutôt qu’en dehors. Le pari d’Europe 1, c’est qu’Emmanuel Macron devra assumer de quitter le navire.

Brutus. Mais le jour où Emmanuel Macron sort du gouvernement, il endosse le costume du traître et de la déloyauté. Qui l’a nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée ? François Hollande. Qui l’a nommé ministre, lui parfait inconnu et vierge en politique ? François Hollande. Le jour où Emmanuel Macron quitte le gouvernement, son surnom, et pour longtemps, sera Brutus, celui du fils adoptif qui poignarde son père. Un rôle ingrat et bien lourd à porter pour se faire élire par la majorité des Français.