Laurence Parisot "probablement pas" candidate aux législatives, mais "prête à aider"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'ancienne présidente du Medef a confié jeudi sur Europe 1 qu'elle ne serait a priori pas candidate aux législatives. En revanche, elle n'a pas exclu, si on lui propose, d'intégrer le gouvernement d'Emmanuel Macron.

INTERVIEW

Non, Laurence Parisot ne sera pas le Premier ministre d'Emmanuel Macron, s'il est élu. Le candidat d'En Marche! a balayé cette option mercredi soir lors du débat télévisé qui l'opposait à Marine Le Pen, à quelques jours du second tour de la présidentielle. Pas de quoi vexer l'ancienne présidente du Médef. "Je n'ai jamais postulé à cette fonction. Je finis par me demander si l'origine de cette rumeur n'est pas le Front national. Pourquoi fait elle ça pour chercher à dénigrer, à caricaturer ?" Jeudi sur Europe 1, Laurence Parisot s'est dit prête à considérer cette fois l'option d'une entrée au gouvernement d'Emmanuel Macron. "Mais si on ne me le propose pas, je ne serai pas désespérée pour autant et j'agirai d'une autre façon".

"Je pense que je peux apporter différemment". L'ancienne présidente du Medef assure également qu'elle ne sera "probablement pas" candidate aux législatives. "Je pense que je peux apporter différemment. Pour le moment personne ne sait comment les pouvoirs publics vont pouvoir s'organiser dans les quatre semaines qui viennent", ajoute-t-elle. Emmanuel Macron "a vraiment fait éclater le système politique que plus personne ne supportait, même ceux qui étaient dans le système. Maintenant comment on va le reconstruire, c'est autre chose". 

"Il faudra travailler avec tout le monde". Pour Laurence Parisot, l'important, si Emmanuel Macron est élu dimanche, sera de "travailler avec tout le monde". "Il faut faire attention. On aura quand même un pays divisé et extrêmement fragilisé", a-t-elle rappelée. Mais le défi, selon elle, est à la hauteur de son candidat. Emmanuel Macron est "un homme de la synthèse. Il a une fermeté que n’a pas démontré François Hollande dans son quinquennat."