Laurence Haïm s’est vu refuser un poste d’ambassadrice

  • A
  • A
Laurence Haïm s’est vu refuser un poste d’ambassadrice
Laurence Haïm occuper un poste à l’Institut d’études politiques de l’université de Chicago.@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

L’ancienne journaliste d'iTELE, ex-correspondante à Washington, a quitté les rangs de La République en marche! pour retourner aux Etats-Unis après avoir demandé en vain un poste d'ambassadrice à Emmanuel Macron, selon "Le Canard enchaîné".

Le parcours de Laurence Haïm a connu quelques soubresauts ces derniers mois. Correspondante pour le groupe Canal+ aux Etats-Unis pendant vingt-cinq ans, la journaliste avait annoncé son départ de feue iTELE le 10 janvier, pour rejoindre dès le lendemain l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Elle a finalement quitté La République en Marche! le 12 juillet. Le Canard enchaîné, dans son édition du 19 juillet, revient sur la possible raison de son départ. En l’occurrence le refus d’Emmanuel Macron de lui accorder un poste d'ambassadrice.

"Je sais que ça peut paraître un peu bizarre de vouloir changer de vie, j'ai vraiment eu envie de m'engager de manière citoyenne et de ne plus être journaliste", avait confié Laurence Haïm à BFMTV pour justifier son débarquement en politique. Nommée porte-parole du candidat chargée des questions internationales, l’ex-journaliste, très active sur Twitter, s’est faite le relais de nombreux déplacement et discours du chef de l’Etat pendant la campagne.

"Il y a des choses que je n’aime pas". Nouveau revirement sept mois plus tard. "Mission réussie", tweete Laurence Haïm le 13 juillet, annonçant du même coup quitter En Marche!. "Ce n'est pas une surprise. Je ne cesse de le dire depuis hier. Je pense qu'il y a un temps pour une campagne et un temps pour la gouvernance", s'était-elle justifiée au micro d'Europe 1, expliquant vouloir revenir au journalisme. Mais dans la foulée, Le Parisien révèle qu'elle a été recrutée par David Axelrod, ex-stratège de Barack Obama, pour occuper un poste à l’Institut d’études politiques de l’université de Chicago.

La réponse du président. Revenant à nouveau sur son expérience de campagne dans une interview la semaine dernière au Journal du Dimanche, Laurence Haïm salue le "sans-faute absolu" d’Emmanuel Macron, relevant toutefois : "Il y a aussi des choses que je n’aime pas, mais je les garde pour moi". Et c’est Le Canard enchaîné qui nous en dit plus sur ses déceptions. En effet, Laurence Haïm aurait demandé à l’Elysée un poste d’ambassadrice pour services rendus. Une demande qui a fait bondir le chef de l’Etat à en croire le palmipède : "Non mais je rêve ! Et puis quoi encore ?", se serait-il exclamé. Une information du Canard que l'Elysée a formellement démentie, mercredi, auprès d'Europe 1.