Lagarde : le centre doit avoir "l'ambition de gouverner la France"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le nouveau président de l'UDI était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, lundi sur Europe 1.

Le député-maire de Drancy Jean-Christophe Lagarde, élu il y a deux semaines président de l'UDI, le parti fondé par Jean-Louis Borloo, était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, lundi sur Europe 1. Il a insisté sur le besoin d'"indépendance" de l'UDI, notamment par rapport à l'UMP. "Moi, je souhaite que le centre se donne enfin l'ambition de gouverner la France", a-t-il affirmé. "Il faut une coalition, mais on n'est pas obligé de subir les coalitions".

>> LIRE AUSSI - Qui est Jean-Christophe Lagarde, le nouveau patron de l'UDI ?

Jean-Christophe Lagarde a pris à témoin les sifflets essuyés par Alain Juppé samedi, lors du meeting de Nicolas Sarkozy à Bordeaux, lorsqu'il a évoqué un rassemblement de la droite et du centre. "C'est très instructif sur la façon dont une partie des militants UMP abordent l'union entre la droite et le centre", a-t-il lancé. "Ça montre ce que je dis, c'est que nous avons besoin de notre indépendance".

Ne pas entrer dans le "régiment" UMP. "Nous sommes opposants à Manuel Valls et à François Hollande. Ça ne veut pas dire que nous allons entrer dans un régiment, sinon autant être à l'UMP. L'UDI a sa propre vision de la société, ses solutions humanistes et fédéralistes. On peut discuter ensemble, mais l'alliance pour moi ça veut aussi dire la concurrence", a encore insisté Jean-Christophe Lagarde.

Il veut "des chances d'aller au deuxième tour" en 2017. Concurrence aussi en vue de 2017. "Nous voulons avoir un candidat à l'élection présidentielle qui puisse avoir des chances d'aller au deuxième tour", a poursuivi le nouveau patron de l'UDI, qui rêve d'une victoire du centre. "Il n'y a pas de raison que l'on soit condamné entre les deux partis qui ont échoué depuis 33 ans".

>> L'interview en intégralité :