La Rochelle : ambiance tendue entre le maire et les fonctionnaires

  • A
  • A
Partagez sur :

Le maire de la ville souhaite supprimer deux semaines de congés pour les agents territoriaux. Ce qui a déclenché la colère de ces derniers. A tel point que lundi soir, le conseil municipal a dû se tenir à huis clos.

REPORTAGE

A La Rochelle(Charente-Maritime), la guerre est déclarée entre les fonctionnaires de la ville et le maire divers gauche, Jean-François Fountaine. En cause, la volonté du maire de supprimer deux semaines de congés pour se rapprocher de la loi sur les 35 h que les agents territoriaux n'atteignent pas. Face à la fronde que ces propos ont déclenché, le conseil municipal a été obligé de se tenir à huis clos lundi soir.

Trop de monde au goût du maire. Ça a chauffé à l'entrée de la salle du conseil. A l'appel des syndicats CGT et SUD, 200 agents territoriaux ont essayé de forcer pour assister au débat. Trop de monde au goût du maire :"Il n'est pas question de laisser rentrer des gens qui souhaitent perturber", a-t-il expliqué. Un refus qui a déclenché la colère des fonctionnaires, qui ont alors crié "Fountaine démission !" ou encore "On est là pour nos emplois". "Honte à vous monsieur le maire, vous refusez tout le temps de parler à vos agents", a notamment accusé une manifestante. Les élus ont toutefois voté la poursuite du conseil à huis clos. Pas un mot prononcé sur le sujet brûlant de l'allongement du temps de travail.

"Il essaye de faire croire qu'on est des fainéants". La proposition de Jean-François Fountaine de retirer deux semaines de vacances aux fonctionnaires permettrait d'économiser 3 millions et demi d'euros. Une trahison pour les agents :"C'est un accord qu'on avait passé pour faire travailler plus de gens, et lui il essaye de faire croire qu'on est des fainéants, c'est pas vrai !", s'insurge une fonctionnaire. Pour une fonctionnaire interrogée, "il n'y a pas d'efforts à faire": "Au nom de quoi ? Jusqu'à quand ? On doit retourner en arrière et travailler jusqu'à 45 heures ? Moi les efforts j'en veux pas !".