"La politique sera toujours celle de Sarkozy"

  • A
  • A
"La politique sera toujours celle de Sarkozy"
@ MAXPPP / MONTAGE
Partagez sur :

L'annonce de la démission du gouvernement samedi soir a surpris la classe politique.

A gauche, les réactions sont acides à l'égard de Nicolas Sarkozy. A droite, c'est profil bas. Les réactions après la démission du gouvernement de François Fillon samedi en début de soirée n'ont pas tardé.

"Le président manque de respect aux Français"

Pour Jean-Marc Ayrault, "ce feuilleton n'a que trop duré". Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale a estimé sur Europe 1 que "le gouvernement en place doit se concentrer exclusivement sur sa mission même si elle est difficile". "On a autre chose à faire qu'à assister à un spectacle", a-t-il ajouté. Selon lui, la démission du gouvernement est la preuve que "Nicolas Sarkozy est en train de préparer sa propre campagne de 2012".

"C'est l'épisode 125 du feuilleton. On attend l'épisode 126."

Du coté des Verts, qui viennent de fusionner avec Europe Ecologie, on ironise. "C'est l'épisode 125 du feuilleton. On attend l'épisode 126. C'est une histoire avec tellement d'épisodes que l'on a perdu le sens de ce que c'était un gouvernement, c'est-à-dire mener une politique avec un Premier ministre à sa tête", a déclaré sur TF1 Cécile Duflot.

Pour le président de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan, "le président organise un nouveau 'show' sur vos écrans ce soir : 'Une nuit sans gouvernement !' Toujours le même objectif : créer l'évènement et détourner l'attention des vrais problèmes du pays, pour lequel il ne présente aucune solution", écrit-il dans un communiqué.

"Je n'en tire aucune conclusion"

A droite, Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, estime que le suspense reste entier car la méthode de Nicolas Sarkozy et François Fillon n'est pas habituelle. En se référant à une "tradition constitutionnel", il note que d'habitude "lorsqu'un Premier ministre est reconduit (...), le communiqué de l'Elysée prenant acte de sa démission précisait qu'il était chargé de constituer un nouveau gouvernement. Ca n'est pas le cas. Si François Fillon était renommé à son poste, cela serait une première, une rupture. Mais je n'en tire aucune conclusion particulière", a-t-il indiqué sur Europe 1.

Pour le député Lionel Lucas, Nicolas Sarkozy "n'a aucune raison de traîner" pour nommer le nouveau Premier ministre, "sinon ça serait encore plus infernal que ce que nous avons vécu ces derniers jours".

Le député de la Somme Alain Gest lui ne voit aucun signe dans la longue poignée de mains qu'ont échangée Nicolas Sarkozy et François Fillon. "Je ne sais pas lire dans les signes. Le président de la République a toutes les raisons de remercier le travail qu'a fait François Fillon depuis trois ans et demi quelle que soit la décision qu'il prendra ensuite pour les 18 mois qui viennent", analyse-t-il sur Europe 1.

La fin du suspense est attendue dans la journée de dimanche.