LA PHOTO - "La complicité" entre Le Drian et Al-Sissi

  • A
  • A
LA PHOTO - "La complicité" entre Le Drian et Al-Sissi
Jean-Yves Le Drian connaît bien le président égyptien, pour avoir piloté des ventes d'armes majeures avec le Caire lorsqu'il était ministre de la Défense sous François Hollande.@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

À l'occasion de sa visite – décriée - de trois jours à Paris, le président égyptien a notamment été reçu par Jean-Yves Le Drian. Les deux hommes se connaissent bien, comme a pu le constater Patrick Kovarik, photographe à l'AFP.

MAKING OF

Chaque semaine, Europe1.fr vous propose un regard décalé sur l'actualité politique, dans l'objectif d'un photographe de l'AFP.

"Une scandaleuse politique de tolérance". De nombreuses ONG, dont l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, se sont offusqués de la visite en France en début de semaine du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dénonçant le "silence" de la France face aux arrestations massives, aux condamnations à mort, à l'usage à grande échelle de la torture et aux persécutions contre les homosexuels en Égypte.

Si le sujet a été brièvement abordé lors du déjeuner de travail avec Emmanuel Macron mardi, la visite du chef de l'État égyptien a surtout été l'occasion d'acter "la coopération très étroite" entre les deux pays, à l'image de la rencontre entre al-Sissi et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Patrick Kovarik, photographe à l'AFP, a ainsi pu observer la "complicité" entre les deux hommes.

Choisir le moment

"Le président égyptien est arrivé lundi soir à Paris, avant d'être accueilli le lendemain matin aux Invalides par le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian. Une rencontre préalable au déjeuner de travail organisé à l'Élysée avec Emmanuel Macron.

Ensemble, ils ont passé en revue les troupes républicaines et salué le drapeau, comme c'est très souvent le cas lors d'une visite officielle. Une fois la cérémonie militaire terminée, comme ils étaient un peu en avance sur leur planning – ou Emmanuel Macron en retard sur le sien – ils ont longtemps patienté avant de sortir de la cour des Invalides. Ils se sont alors mis à discuter cinq à dix minutes, et Jean-Yves Le Drian a dû dire quelque chose qui les a fait rire. C'est là que j'ai pris la photo."

Décrire une ambiance

"La cérémonie en elle-même était plutôt 'cheap'. Malgré les critiques de plusieurs ONG, je ne pense pas qu'on puisse dire, de ce que j'ai vu, qu'il ait été reçu en grande pompe. Mais apparemment, les deux hommes se connaissent très bien. Jean-Yves Le Drian avait piloté des ventes d'armes majeures avec Le Caire lorsqu'il était ministre de la Défense sous François Hollande, notamment des avions de combat Rafale. Lors de leur rencontre, on pouvait sentir leur complicité. Ils se sont pris le bras, étaient très tactiles entre eux.

Ce que j'ai aussi trouvé étrange et amusant, c'est qu'Al-Sissi, lui, avait toujours ses lunettes de soleil sur le nez."

Réfléchir au cadrage

"Tant que les personnalités ne sont pas parties, j'ai toujours l'œil dans le viseur. J'étais situé sur une coursive, un peu en hauteur, ce qui explique l'angle de la photo. Si je zoome, ce n'est donc pas forcément pour montrer la proximité entre les deux, c'est surtout parce que je suis loin. Mais cela a assurément été un moment fort de cette rencontre."