LA PHOTO - "Brigitte Macron est assez forte en communication"

  • A
  • A
LA PHOTO - "Brigitte Macron est assez forte en communication"
Sous l’œil des photographes et des caméras, Brigitte Macron a donné une dictée, lundi, pour sensibiliser aux leucodystrophies.@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Pour la bonne cause, la Première dame a fait lundi la dictée dans une école parisienne. Un retour aux sources maîtrisé, selon Patrick Kovarik, photographe à l'AFP.

MAKING OF

Chaque semaine, Europe1.fr vous propose un regard décalé sur l'actualité politique, dans l'objectif d'un photographe de l'AFP.

"Point d'interrogation, fermez les guillemets". Brigitte Macron a remis son costume de professeure de français, lundi, pour la dictée annuelle organisée par l'Association européenne contre les leucodystrophies (ELA), des maladies génétiques rares qui s'attaquent au système nerveux. Devant des élèves attentifs du collège Georges Courteline, dans le 12ème arrondissement de Paris, la Première dame s'est sentie "comme un poisson dans son bocal". C'est en tout cas l'image qu'elle s'est employée à renvoyer, selon Patrick Kovarik, photographe à l'AFP.

  • Décrire une ambiance

"Une dizaine de photographes ainsi que plusieurs télés étaient présents ce jour-là. Les enfants se tenaient vraiment à carreau. Ils étaient super sages ! Pas un ne s'est retourné, pas un n'a fait coucou à la caméra... Ils avaient sans doute été sélectionnés.

À l'arrivée de Brigitte Macron, ils n'ont pas été impressionnés. Ils avaient plutôt l'air concentrés sur la dictée, sûrement conscients qu'elle était organisée pour une association.

Leïla Slimani, l'auteure du texte (lauréate du prix Goncourt en 2016 pour Chanson douce), était également présente, tout comme le président de l'association ELA et le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer. Une petite fille atteinte de leucodystrophie était aussi dans la classe, accompagnée de ses deux parents."

  • Réfléchir au cadrage

"La dictée a duré une vingtaine de minutes. C'est d'abord Jean-Michel Blanquer qui a commencé la dictée, puis Brigitte Macron a pris le relais. Au début, elle est restée très sagement près du tableau. Puis le métier est visiblement revenu. Elle s'est mise à déambuler entre les rangées, avec l'aisance d'un enseignant, lunettes de lecture – fumées – sur le nez.

La photo que j'ai prise est assez basique, car le recul était très limité. Je me suis simplement agenouillé pour qu'on puisse mettre en valeur le sujet et distinguer les enfants.

La Première dame est ensuite restée pour répondre à quelques questions des enfants. Des questions sérieuses, sur la maladie. Tout était très cadré. Puis elle a pris une photo de famille dans l'école, avec tous les enfants, qui portaient un t-shirt au nom de l'association."

000_TF7Q7


  • Donner du sens à une image

"Pour moi, elle est là dans son rôle de Première dame (en 2012, Valérie Trierweiler avait elle-même fait la dictée annuelle de l'association ELA, ndlr). Carla Bruni faisait également le même genre de choses, Bernadette Chirac aussi, notamment avec les Pièces Jaunes… Je pense aussi qu'elle est assez forte en communication et en image, et qu'elle était consciente que cela offrait un beau cliché aux photographes.

Ce qui est sûr, c'est que si cela n'avait pas été Brigitte Macron, les médias ne se seraient pas déplacés. Malgré la présence du ministre, je pense."