La nouvelle stratégie web des partis politiques

  • A
  • A
La nouvelle stratégie web des partis politiques
Partagez sur :

Les Créateurs de possibles versus la CooPol : l’UMP et le PS lancent leurs réseaux sociaux sur le net.

Avec en ligne de mire la campagne pour les régionales de 2010 et la présidentielle de 2012, les partis politiques dévoilent cet automne leur propre Facebookpolitique, ou plus exactement leurs réseaux sociaux sur internet.

Après le "média social" présenté en février par le MoDem, c’est en effet au tour de l’UMP et du PS de lancer respectivement Les Créateurs de possibles et la CooPol (prononcer Co-o-pol), pour Coopérative politique. Un site annoncé par Martine Aubry à la Rochelle. Dans la démarche, les deux partis disent s’inspirer directement de la campagne de Barack Obama, dont la force est d'avoir réussi à convertir les internautes en bénévoles de terrain.

> Les créateurs de possibles

"Cela fait un an que nous travaillons sur ce nouvel outil internet, cette nouvelle génération de produits", explique Benoist Apparu, en charge des communautés numérique à l’UMP, qui n'hésite pas à parler "de révolution" pour présenter Les Créateurs de possibles. Le site, dévoilé début septembre, lors du Campus d'été de l'UMP à Seignosse, a été conçu par l’agence de communication Isobar, spécialisée dans le Web marketing. 500.000 euros ont été investis dans sa création et dans la refonte du site de l’UMP.

Le principe des Créateurs de possibles est simple : chaque fédération disposera de son espace pour dialoguer et organiser son action avec ses militants ou ses sympathisants. Les internautes auront également la possibilité de créer leur page personnelle et de constituer des groupes de débat, locaux ou nationaux, appelés "Nécessaires" par l’UMP. Ainsi un "Nécessaire" pourra aussi bien porter sur la rénovation d’une cantine scolaire que sur la position du parti sur le plan de relance.

Pour expliquer le principe des Créateurs de possibles, l’UMP a réalisé une "curieuse" vidéo basée sur une admiratrice de Frédéric Lefebvre. Sylvie, qui "a voté pour Nicolas Sarkozy" et qui est persuadée "que dans la vie, quand on veut on peut", présente le site :

Interrogé sur la modération, vendredi lors d'une présentation du site,Xavier Bertranda assuré et ré-assuré qu’aucune censure ne sera faitesur les thèmes abordés par les groupes des Créateurs de possibles. Reste à savoir comment réagira le parti quand un "Nécessaire" portera sur la démission de tel ou tel ministre ou sur le retour de la peine de mort ? Réponse après le 15 novembre, date du lancement du site.

> La CooPol

Le réseau social du PS, la CooPol sera, lui, lancé progressivement jusqu’à fin novembre. La première phase, réservée à quelques fédérations et militants est prévue à la fin du mois. "Il s’agit de doter le PS de sa propre infrastructure de campagne", précise Benoît Thieulin, fondateur de La Netscouade, l’agence chargée de la création du site. Comme Benoît Apparu, lui aussi s'enflamme parle d'une "révolution du net" quand il présente le réseau social du PS.

"La CooPol mettra à disposition des militants des outils pour mieux s’organiser sur le terrain. Et il permettra une nouvelle forme d’engagement", ajoute Benoît Thieulin.

Le PS et les partis politiques en général espèrent trouver dans les réseaux sociaux une formule pour permettre l’engagement de sympathisants qui n’ont pas forcément envie de s’encarter. Le réseau social permettrait ainsi aux internautes de s’engager "à la carte" sur des sujets qui les touchent ou qui les concernent localement. "On s’inspire de ce que les ONG font depuis longtemps. Elles arrivent à mobiliser les citoyens sur une campagne en particulier pas forcément sur tous sujets", conclut le fondateur de La Netscouade.

Un peu à la traîne, les autres partis sont aussi intéressés par cette formule. Début septembre, le Nouveau Centre a annoncé la création d’un site participatif et d’un réseau social Epicentres. Enfin, Daniel Cohn-Bendit a également promis qu’une plate forme web allait structurer Europe Ecologie.