La ministre française des Armées en Inde pour préparer la visite d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
La ministre française des Armées en Inde pour préparer la visite d'Emmanuel Macron
La ministre des Armées Florence Parly est en Inde pour deux jours@ MONEY SHARMA / AFP
Partagez sur :

Florence Parly se rend vendredi en Inde pour rencontrer son homologue et le Premier ministre afin de préparer la visite présidentielle et de poursuivre le lobbying français pour vendre des équipements militaires.

La ministre française des Armées Florence Parly a commencé vendredi un déplacement de deux jours en Inde, destiné à préparer le terrain pour la visite du président Emmanuel Macron à New Delhi en décembre.

Une commande militaire en jeu. Après un entretien vendredi avec son homologue indienne Nirmala Sitharaman, Florence Parly rencontrera samedi le Premier ministre Narendra Modi. Elle se rendra également à Nagpur et Bombay (centre de l'Inde).

La ministre poursuivra notamment le lobbying des Français qui espèrent convaincre les Indiens - premiers importateurs d'armes mondiaux - d'acquérir des hélicoptères Panther d'Airbus, des avions de chasse Rafale de Dassault supplémentaires ainsi qu'une nouvelle série de sous-marins, a indiqué son entourage. 

"Nous avons une coopération stratégique et technique très importante avec l'Inde, et nous avons une technologie de souveraineté qui les intéresse beaucoup", a déclaré une source proche de Florence Parly.

Une production nécessairement locale. L'Inde est engagée dans une vaste modernisation de son arsenal militaire, en grande partie obsolète, pour faire face aux défis géopolitiques de l'Asie, en particulier l'affermissement de la puissance chinoise. Si les dizaines de milliards d'euros de manne de contrats potentiels font rêver les fabricants d'armes mondiaux, le gouvernement nationaliste hindou assortit cependant ses appels d'offres de conditions strictes pour produire localement.

Narendra Modi souhaite, à terme, rendre son pays indépendant en matière de technologies militaires et limiter ses importations. En poussant les industriels étrangers à produire sur son territoire, il espère aussi dynamiser les créations d'emplois en berne.