La métropole d'Aix-Marseille-Provence créée malgré les oppositions

  • A
  • A
La métropole d'Aix-Marseille-Provence créée malgré les oppositions
Jean-Claude Gaudin a officiellement pris ses fonctions de président de la métropole, vendredi.@ JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP
0 partage

Depuis le 1er janvier, une nouvelle métropole a vu le jour : celle d'Aix-Marseille-Provence, la plus grande de France. Les responsables politiques locaux s’en disputent déjà le leadership.

Le feuilleton sur la métropole d’Aix-Marseille-Provence ressemble à s’y méprendre à une pagnolade, avec ses querelles entre élus locaux et surtout une fronde menée contre son président, Jean-Claude Gaudin.

1,8 million d'habitants. La nouvelle métropole est la plus grande de France, devant celle du Grand Paris. Créée vendredi, elle regroupe 1,8 million d’habitants et 92 communes, dont certaines redoutent de devoir payer pour l’ogre marseillais et ses quartiers pauvres. 

Appel à la confiance malgré les "hostilités". Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, qui a pris ses fonctions de président de la métropole vendredi, appelle à la confiance. Pour lui, ce nouveau découpage représente le moyen d’attirer des richesses, de faire reculer le chômage, et d’améliorer les transports. "Je suis quelque fois surpris des hostilités, des oppositions", confie le nouveau président au micro d’Europe 1.. "Je m’étonne que des élus qui portent des écharpes tricolores ne veuillent pas respecter la loi. Ce n’est pas possible. La métropole Aix-Marseille-Provence, malgré tous les traquenards, toutes les difficultés et toutes les élucubrations, est créée. Et la ville de Marseille n’est hégémonique de rien. Elle ne veut rien prendre à Aix-en-Provence, d’autant que Madame le maire d’Aix-en-Provence a pris beaucoup de précautions. Par conséquent, je ne vois pas pourquoi elle s’inquiète. Je l’aime", a-t-il lâché.

La première tâche de Jean-Claude Gaudin est en tout cas déjà définie : payer à la fin du mois les salaires des quelque 7.500 agents de la nouvelle métropole. En attendant un autre épisode : la position du Conseil constitutionnel, qui se prononcera d'ici fin février sur la composition du conseil de la métropole.