La liste noire du FN

  • A
  • A
La liste noire du FN
@ CAPTURE ECRAN FRANCE 2
Partagez sur :

Marine Le Pen a appelé ses électeurs à faire battre huit personnalités de droite et de gauche.

Ils ont ce point commun, celui d'être considérés comme "nuisibles" par le FN. Marine Le Pen a dévoilé lundi à la presse sa liste noire du second tour. Huit personnalités de droite et de gauche à battre en priorité, selon la présidente du FN. Leur tort ? Ces candidats ont adopté un comportement "contraire à la morale publique" ou se sont montrés "particulièrement haineux" envers le FN pendant la campagne des législatives.

Côté UMP, Marine Le Pen a demandé un traitement particulier pour les ex-ministres, Xavier Bertrand, Georges Tron et Nathalie Kosciusko-Morizet. La présidente du FN a insisté sur le "cas spécifique" de NKM qui avait indiqué qu'en cas de duel entre le PS et le FN, elle choisirait "sans aucun complexe" le candidat socialiste. "Nous demandons à nos électeurs d'appliquer à Madame Kosciusko-Morizet la réciprocité, et par conséquent à voter pour le Parti socialiste", a indiqué Marine Le Pen.

Copé, Guéant et Morano épargnés

Interrogée sur les cas de Jean-François Copé, Claude Guéant et Nadine Morano, tous trois en ballottages au second tour, Marine Le Pen a expliqué qu'elle ne les avait pas inclus dans sa liste noire, allant même jusqu'à décerner un "petit encouragement" à Claude Guéant. Même tolérance à l'égard de Jean-François Copé, Marine Le Pen a estimé que le secrétaire général de l'UMP avait "quand même fait des progrès en soutenant avec vigueur la consigne ni-ni (ni FN, ni Front républicain) qui n'est pas la liberté que nous donnons aux électeurs mais qui est moins pire, il faut bien le dire, que l'infect front républicain que nous avons subi depuis des décennies".

Figurent également dans cette liste noire, mais cette fois à gauche, le député-maire PS de Sarcelles, François Puponni (Val d'Oise), le député UMP Manuel Aeschlimann (Hauts-de-Seine), celui de l'Essonne, Georges Tron (UMP) et l'ex-ministre PS, Jack Lang (Vosges), la socialiste Ségolène Neuville (Pyrénées-Orientales) et l'écologiste Slimane Tir (EELV-PS, Nord).

Une liste noire condamnée par le président de l'Assemblée nationale. "Je trouve que ces attaques personnelles et ces listes noires, c'est de bien mauvais souvenirs. Et, bien entendu, je condamne ce genre de façon de faire de la politique", a réagi Bernard Accoyer sur i>TELE.