La campagne en veille après la tuerie

  • A
  • A
La campagne en veille après la tuerie
Tuerie de Toulouse : Sarkozy suspend sa campagne "au moins jusqu'à mercredi"@ REUTERS
Partagez sur :

Hollande a annulé son meeting de mardi ; Sarkozy pourrait être off jusqu'à samedi.

Modification des agendas, suspension du décompte du temps de parole des candidats, suppression massive de passages télé : la campagne présidentielle a été mise en suspens, lundi matin, après la tuerie de Toulouse. Une parenthèse qui devrait durer "au moins jusqu'à mercredi" pour les principaux candidats.

Moins de deux heures après le drame, qui a fait quatre morts dont trois enfants dans une école juive de la ville, les candidats à la présidentielle ont commencé à annuler certains de leurs rendez-vous. Le président sortant a ainsi bouleversé son emploi du temps et aussitôt pris l'avion pour se rendre à Toulouse sur les lieux du drame.

"C'est une tragédie épouvantable. C'est l'ensemble de la République française qui est touchée par ce drame abominable", a affirmé le chef de l'Etat, qui a d'abord reporté ses interventions sur France 3 et France Info de lundi et mardi, avant d'annoncer dans la soirée, sur le perron de l'Elysée, que sa campagne était "suspendue", "au moins" jusqu'à mercredi. Le candidat de l'UMP pourrait même être off jusqu'à samedi, selon les informations du Buzz politiques d'Europe 1.  Il pourrait même reporter son meeting prévu samedi à Boulogne-Billancourt avec Claude Guéant, explique son entourage.

SARKOZY ET HOLLANDE SUR  PLACE 

François Hollande, a lui aussi confié son "horreur" après la tuerie et s'est rendu à Toulouse en début d'après-midi pour marquer "toute son émotion et toute sa solidarité aux familles et à la communauté juive de France". Comme son adversaire, il a chamboulé son programme de campagne et s'est fait représenter par sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem, lundi midi, lors d'un déplacement parisien. François Hollande a également renoncé à son passage, dans la soirée, au Grand journal de Canal +, et à son grand meeting de Rennes mardi.

En somme, la campagne socialiste "est suspendue", a résumé, lundi matin, le porte-parole du PS, Benoît Hamon qui n'a pas donné de limite temporelle. 



ANNULATION D'UNE EMISSION 

Dans la foulée des deux principaux protagonistes de la course à l'Elysée, toute la classe politique a manifesté son émotion. François Bayrou a ainsi annulé sa venue au Salon du livre de Paris pour se rendre, lui-aussi, à Toulouse. Mais le candidat du MoDem a maintenu son meeting dans la soirée, à Grenoble. 



De son côté, la candidate du Front national, Marine Le Pen, qui a "condamné la fusillade criminelle" visant l'école Ozar Hatora, a présenté ses "sincères condoléances aux familles" des victimes et demandé "aux pouvoirs publics de tout mettre en oeuvre pour empêcher un nouveau drame". En fin de matinée, elle a demandé à France 2 de reporter un débat prévu dans la soirée, dans Mots croisés, avec Eva Joly et Arnaud Montebourg, émission qui a été déprogrammée par la chaîne. 

DEUX JOURS PARTICULIERS POUR LE CSA 

Dans ces circonstances exceptionnelles, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé qu'il ne décompterait pas le temps de parole des candidats pour les journées de lundi et mardi lorsqu'ils s'exprimeront sur la fusillade de Toulouse. 

Avant que ce drame de Toulouse n'ait lieu, la sécurité et la lutte contre la délinquance ne constituaient pas un thème central de la campagne présidentielle, largement reléguées derrière le chômage, la situation économique, la fiscalité ou l'éducation. 

>> EN DIRECT - Pour retrouver les dernières infos sur la fusillade de Toulouse, cliquez-ici.