Pour Pascal Canfin, "la biodiversité est en train de disparaître en France"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Pascal Canfin, directeur général de la WWF France, sauver la biodiversité passe en priorité par la réduction de l'artificialisation de sols et un changement de notre alimentation.

INTERVIEW

"La biodiversité est en train de disparaître en France", c'est le constat alarmant que fait Pascal Canfin, directeur général de WWF France. Invité d'Europe 1 Matin vendredi, quelques heures avant l'annonce pour la biodiversité du plan Hulot à Marseille, le leader du fonds pour la nature revient sur le mécanisme qui fait disparaître autant d'espèces animales à travers le monde. 

"La biodiversité "est en train de disparaître". En France, 30% des oiseaux comme les hirondelles ou les mésanges ont disparu depuis trente ans", explique Pascal Canfin au micro d'Europe 1. "Dans le monde entier, on a un chiffre stupéfiant : 60% des animaux sauvages ont disparu depuis 40 ans. C'est un chiffre que tout le monde doit avoir en tête". "Là où je rejoins Nicolas Hulot, c'est que ça passe sous les radars médiatiques, tout le monde s'en moque et les gens ne sont pas informés. On va léguer à nos enfants, voire à nous-même, une planète où il n'y aura plus de vivants sauvage, et ce n'est pas ce que nous voulons", détaille le membre de l'ONG. 

"Il faut agir sur ce qui cause cette disparition, la première c'est l'artificialisation : elle représente l'équivalent d'un département français tous les 10 ans qui passe d'un état de nature, par exemple une terre agricole, à un état artificiel, un parking ou une zone commerciale", révèle-t-il. "Donc forcément, quand on transforme un champ en parking on détruit la nature. Et on fait ça à très grande échelle depuis des décennies". "C'est l'objectif de Nicolas Hulot : mettre fin à cette dégradation, à cet empiétement sur l'espace naturel, y compris agricole, de façon à ce qu'on le sanctuarise, qu'on le protège". "Il y a plusieurs façons d'y arriver, c'est pour ça que je pense qu'il n'y aura pas d'annonces précises ce vendredi, mais la dynamique est lancée pour atterrir sur des propositions concrètes avant l'été", se réjouit Pascal Canfin.

"J'espère que Nicolas Hulot ira au bout de sa démarche". "Mais il y a une autre priorité : c'est notre alimentation", ajoute Pascal Canfin. "Pas forcément par dégradation en France, mais celle que nous importons : lorsque nous mangeons de la viande qui se nourrit de soja qui a poussé à la place d'une forêt amazonienne que l'on a rasée, ou quand on se nourrit à base de produits qui intègrent de l'huile de palme qui a déforesté l'Asie du Sud-Est". "On a une part de responsabilité qui va bien au-delà de nos frontières. J'espère que Nicolas Hulot ira au bout de sa démarche avec le soutien du gouvernement pour réduire à la fois l'impact que l'on a sur la nature chez nous, mais aussi partout dans le monde", conclut l'ancien ministre qui plaide pour un maintien de Nicolas Hulot au gouvernement. "Je dis depuis un an qu'il n'y a pas de meilleur défenseur de cette cause. Que l'on soit de gauche ou de droite, on respire tous le même air (...) On a besoin de ses convictions au gouvernement".