L'UMP veut la tête d'Aubry

  • A
  • A
L'UMP veut la tête d'Aubry
@ MAXPPP
Partagez sur :

Bertrand, Morano, Fillon réagissent aux propos de la socialiste sur Nicolas Sarkozy.

Elle a beau dire qu'elle n'a pas comparé Nicolas Sarkozy à Bernard Madoff, Martine Aubry s'attire les foudres de l'UMP. Le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, a vivement réagi aux propos tenus samedi par la Première secrétaire du PS sur Nicolas Sarkozy. Martine Aubry a dressé un parallèle, peu apprécié par la majorité, entre le chef de l’Etat à Bernard Madoff, l'escroc financier américain, lors d’une convention du PS à La Plaine-Saint-Denis.

"J'ai un peu l'impression, quand Nicolas Sarkozy nous donne des leçons de maîtrise budgétaire, c'est un peu M. Madoff qui administre quelques cours de comptabilité", a lâché Martine Aubry en guise de discours de clôture de la convention du PS.

Le secrétaire général de l'UMP s'est déclaré "profondément scandalisé", dimanche sur Europe1.fr, par de telles déclarations :

"L’injure publique n’a rien à voir avec la politique", a expliqué Xavier Bertrand dimanche, soulignant le "besoin de respect de la fonction présidentielle". Le secrétaire général s’est déclaré "choqué et scandalisé" par les propos de Martine Aubry.

"Je pense qu’il faut aujourd’hui que l’ensemble des dirigeants du Parti Socialiste puissent se prononcer comme l’a fait François Hollande (invité de Jean-Pierre Elkabbach dimanche matin sur Europe1, NDLR)", a-t-il souligné, "François Hollande a très clairement pris ses distances avec Martine Aubry et je pense que ça montre bien dans le débat politique qu’on a besoin de respect", a-t-il conclu.

"Des excuses, voire une démission"

Du côté de la secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Solidarité auprès du ministre du Travail, Nadine Morano, la réaction est encore plus sévère. "Elle n'est pas digne de diriger un gouvernement" a-t-elle lâché au micro de David Doukhan. "Dans une démocratie, un parti qui ne respecte pas le président de la république, n'est pas un parti respectable", a-t-elle souligné.

Pour la la secrétaire d'État chargée de la Famille, "les membres du PS devraient exiger des excuses de leur Première secrétaire, voire une démission".

Fillon s'y met aussi

François Fillon a également dénoncé des "attaques brutales" et "injurieuses". Après les vives protestations des principaux ténors de l'UMP, le Premier ministre est monté au créneau en fin de journée. "Par ses attaques brutales et dérisoires contre le président de la République, Martine Aubry abaisse le débat politique", a-t-il écrit dans un communiqué.

"En privilégiant les formules injurieuses plutôt que les analyses de fond, le Parti socialiste ne s'honore pas", a-t-il ajouté.