L’escapade espagnole d'Hollande

  • A
  • A
L’escapade espagnole d'Hollande
François Hollande s'est rendue à Madrid où il a rencontré José Luis Zapatero.@ Maxppp
Partagez sur :

Le candidat socialiste était à Madrid pour étoffer sa stature internationale. Et virer à gauche.

Un voyage, deux mots d’ordre. François Hollande s'est rendu en Espagne mardi où il a rencontré le chef du gouvernement espagnol Jose Luis Zapatero, ainsi que l'ex-président brésilien Lula. L’occasion pour le tout frais candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2012,  de soigner sa stature internationale et d’adresser un message aux partisans de Jean-Luc Mélenchon.

"Lula, c'est la gauche qui réussit" 

François Hollande a ainsi salué les résultats de l’icône brésilienne de l’altermondialisme. "Lula, c'est la gauche qui réussit", a confié le candidat socialiste au micro d'Europe1. "Il est parti de la présidence brésilienne avec 80% de popularité. Vous vous rendez compte ? Tout le monde ne peut pas en dire autant".

François Hollande s’est également servi de cette rencontre pour répondre aux attaques récurrentes de la droite sur son inexpérience gouvernementale. "Quand Lula est arrivé président, il n’avait jamais été maire ou ministre, et il a été regardé comme totalement inexpérimenté. Ça m’a donné un très bel exemple de ce que la gauche peut réussir", a jugé le candidat.

"Je connais Zapatero depuis dix ans"

Avec Jose Luis Zapatero, François Hollande a parlé notamment de crise financière. Mais le candidat socialiste a surtout voulu montrer qu’il avait tissé des liens particuliers avec le chef du gouvernement espagnol. "Comme je connais Zapatero depuis dix ans, je lui ai rappelé que j'étais là quand il avait pris possession du palais dans lequel il est comme chef de gouvernement espagnol", a expliqué François Hollande.

Dans la soirée, le candidat en campagne a enfin assisté à la rencontre de Ligue des Champions entre Lyon et le Real Madrid. "En 2006, Nicolas Sarkozy était venu, et peu de temps après, il est devenu président de la République", a commenté François Hollande dans un sourire, ajoutant tenir l'information du président du Real en personne.