L'Eglise, les Roms et le silence de Fillon

  • A
  • A
L'Eglise, les Roms et le silence de Fillon
@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

REVUE DE PRESSE - Les critiques de l'Eglise sur la politique du gouvernement font la Une.

"Sarkozy se fait sonner les cloches". La presse revient mardi matin sur les tensions entre l'Eglise et l'Elysée à l'image de Libération pour qui le "concert répressif de l'été" a provoqué un "malaise des croyants".

Sarkozy libération

© CAPTURE D'ECRAN

"On joue avec le feu"

Les coups de semonce du clergé, jusqu'au pape Benoît XVI, se concentrent sur les mesures d'expulsion contre les roms et La Croixrappelle qu'"en fractionnant le corps social, en dressant les uns contre les autres, on joue avec le feu, dans un moment où la cohésion nationale se délite".

sarkozy lacroix

© CAPTURE D'ECRAN

Bref, "la séparation de l'Eglise et de l'Etat est un événement fondateur de la société française du XXe siècle. Mais la petite phrase dominicale de Beoît XVI a remis le sujet sous le feu de la polémique", analyse Le Dauphiné. Et elle n'est pas prête de s'éteindre.

dauphine

© CAPTURE D'ECRAN

Sarkozy et son électorat

Ce désaveu de l'Eglise peut être lourd en conséquence pour Nicolas Sarkozy car "un rappel à l'ordre chrétien émanant du Vatican n'est jamais un cadeau pour un gouvernement. Encore moins lorsqu'il s'agit d'un gouvernement de droite censé trouver ses soutiens les plus fidèles parmi l'électorat catholique", souligne Pierre Fréhel dans Le Républicain lorrain.

"Dans la primaire à droite qu'il a engagée contre les Le Pen sur le terrain de la sécurité, Nicolas Sarkozy est en train de perdre un des socles de son électorat", analyse Daniel Ruiz dans La Montagne.

SARKOZY LA MONTAGNE

© CAPTURE D'ECRAN

"Car avec cette affaire des Roms et plus généralement avec sa politique ultra sécuritaire, le +candidat Sarkozy+ porte atteinte à quelque chose d'essentiel : les convictions d'une partie des Français qui jusque là lui avaient manifesté sa confiance", ajoute Patrick Pépin de Nord-Eclair.

Le silence de Fillon

Plusieurs éditorialistes insiste enfin sur le "silence éloquent" du Premier ministre. Sage précaution que celle de "François Fillon (qui), lui, a pris bien soin de se tenir à l'écart de ce dossier pourri", estime Olivier Picard, des Dernières Nouvelles d'Alsace. "S'il n'est pas reconduit à l'automne il aura au moins sauvé sa réputation, et son image".

Sarkozy Les DNA

© CAPTURE D'ECRAN

"Celui dont le sort à Matignon est incertain, reste bien le seul à donner une leçon de maintien!", renchérit Jacques Camus dansLa République du Centre.