Fin de vie : les députés rejettent le suicide assisté et l'euthanasie

  • A
  • A
Fin de vie : les députés rejettent le suicide assisté et l'euthanasie
@ AFP
Partagez sur :

FIN DE VIE - Une centaine de députés PS, écologistes et radicaux estiment que la proposition de loi ne va pas assez loin.

L'INFO. Le gouvernement est rassuré. Les députés, comme l'espérait la ministre de la Santé, Marisol Touraine, ont en effet rejeté mercredi, par 89 voix contre 70, des amendements visant à légaliser le suicide médicalement assisté et l'euthanasie, dans le cadre de l'examen d'une proposition de loi sur la fin de vie.

Une "sédation profonde et continue" mais pas d'euthanasie.La proposition de loi élaborée par les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP), qui complète la loi de 2005, prévoit une "sédation profonde et continue" pour les patients en phase terminale, sans aller jusqu'à l'euthanasie, et rend contraignantes pour les médecins les directives anticipées laissées par les malades. Cette proposition de loi, soutenue par l'UMP et le PS, est relativement consensuelle mais une centaine de députés PS, des écologistes et des radicaux de gauche estiment qu'elle ne va pas assez loin.

Un amendement socialiste prévoyait ainsi que "toute personne majeure et capable, en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une douleur physique ou une souffrance psychique insupportable, peut demander (...) à bénéficier d'une assistance médicalisée active à mourir". A la fin janvier, une proposition de loi écologiste allant dans ce sens avait déjà été rejetée, seuls les groupes écologiste et des radicaux de gauche ainsi que quelques élus PS votant pour.

"Ne pas brusquer la société française". Les deux auteurs de la proposition de loi, Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP), ont appelé au rejet de cette série d'amendements et réaffirmé "l'équilibre" de leur texte issu de leur rapport présenté l'an dernier. Marisol Touraine a elle aussi appelé au rejet de ces amendements, estimant qu'il ne fallait "pas brusquer la société française".

>> LIRE AUSSI - Fin de vie : vers un consensus raté ?

>> LIRE AUSSI - Fin de vie : les préconisations du rapport Claeys-Leonetti

>> LIRE AUSSI - Valls veut des débats "dignes" sur la fin de vie

>> LIRE AUSSI - Pourquoi l’euthanasie n’est pas une solution ?