Joyandet dit "banco" au loto pour l’Afrique

  • A
  • A
Joyandet dit "banco" au loto pour l’Afrique
Partagez sur :

Le secrétaire d'Etat à la Coopération a proposé de créer un loto comme mode de "financement innovant" de l’aide au développement.

Un loto pour aider l’Afrique : c’est l’idée présentée jeudi par le secrétaire d'Etat à la Coopération. Alain Joyandet a assuré que la France étudiait de près cette solution, notamment avec la Française des Jeux, et que le projet pourrait même voir le jour en 2010. Objectif : pallier l’insuffisance de l’aide publique au développement en proposant un "financement innovant".

Concrètement, ce jeu de hasard prendrait la forme d’un loto ou d’un bingo accessibles sur internet. "Une partie de la mise irait à la bonne cause, permettant de sensibiliser la population" à l'aide des plus pauvres et mobiliser "les diasporas", a expliqué Alain Joyandet. "Qu'on aime ou qu'on aime pas le jeu, une chose est sûre, les gens jouent", avait argumenté mercredi le secrétaire d'Etat dans une interview au JDD.fr. Gain estimé : 10 millions d’euros par an.

L’idée de "loterie humanitaire" n’est pas nouvelle. Elle figure même dans des rapports à l’ONU depuis les années 70. "La haute visibilité d’une telle initiative pourrait sensibiliser les habitants de pays riches aux enjeux du développement et leur permettrait de pouvoir s’engager d’une façon simple", précise un document de présentation du ministère français des Affaires étrangères.

Au-delà du loto, la réflexion sur les "financements innovants" de l’aide au développement est en ébullition depuis quelques années. Parmi les idées les plus avancées : celle d’une taxe sur les billets d’avion. Un rapport global sur la question doit être rendu en septembre à l’ONU. Lors d’une réunion internationale consacrée au sujet en mai dernier, Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, avait expliqué que sa préférence allait à une taxe sur les transactions financières.