Jean Sarkozy joue la discrétion

  • A
  • A
Jean Sarkozy joue la discrétion
Jean Sarkozy fait sa rentrée politique, un an après l'épisode de l'Epad@ MAXPPP
Partagez sur :

En campagne, le fils du président se fait discret et refuse toutes les sollicitations des médias.

Mine de rien, il est en campagne. On ne l’a vu s’exprimer nulle part, mais Jean Sarkozy est candidat, jeudi, à sa propre succession à la tête de l’UMP, à Neuilly-Puteaux. Dans ce fief UMP des Hauts-de-Seine, le fils du président avait été élu haut la main en 2008. Et pour cause, il était alors le seul candidat au poste.

Cette fois, la donne est différente : Jean Sarkozy devra affronter quatre concurrents. Mais sa réélection semble d’ores et déjà acquise. "Restons raisonnables, reconnaît un membre de l'UMP, ce type d'élection ne mobilise généralement que les militants et se contrôle facilement. Le premier grand test électoral pour Jean Sarkozy sera quand il se présentera aux cantonales ou aux municipales".

Il évite les médias

Durant la campagne, le fils de Nicolas Sarkozy s’est fait très discret, il s’est presque caché des médias.

Les membres de l’UMP racontent à l’envi, qu’à 24 ans, le jeune homme a été très marqué par la polémique sur l’Epad, qui avait alors nui à l’image du chef de l’Etat. Refusant toutes les sollicitations des médias, il s’impose donc aujourd’hui un silence médiatique.

Jean Sarkozy s’est même séparé de celui qui gérait son image : le publicitaire Christophe Lambert, l’ex-patron de Publicis. Son objectif : apparaître le moins possible avant 2012.

Toujours en deuxième année de droit


En attendant, Jean Sarkozy est toujours en délicatesse avec ses études, ironise Le Parisien. “Il a encore raté certaines épreuves de sa deuxième année de droit, qu’il suit avec un régime aménagé. Il a dû en représenter certaines au rattrapage de septembre et devrait savoir en fin de semaine (probablement vendredi) s’il passe enfin en troisième année”, indique le quotidien.

Une situation qui amuse, à demi-mot, l’ex-Premier ministre Edouard Balladur, qui a conseillé au jeune homme, lundi sur Canal +, de "se concentrer pour terminer ses études et avoir une profession".

Quel avenir en politique ?

Qu’importe les conseils d’Edouard Balladur, Jean Sarkozy entend bien mener de front études et carrière politique. Le mois prochain, il devrait relancer ses cafés politiques et, en 2011, il pourrait être tenté de briguer la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. Le tout en restant très discret pour ne pas déranger son père avant l’élection présidentielle de 2012.

L’année dernière, l’élection de Jean Sarkozy comme administrateur de l’Epad et ses ambitions pour prendre la tête de cet établissement public qui gère le quartier d’affaires de la Défense avaient généré une polémique tant politique que médiatique. Les réactions avaient été particulièrement virulentes sur le réseau social Twitter, où les internautes avait largement ironisé sur ses velléités via une série de blagues, notamment en créant le mot clé#JeanSarkozypartout. Une année plus tard, le fils du chef de l’Etat entend passer de #JeanSarkozypartout à #JeanSarkozynullepart…