Jean-Marie Le Pen répudie sa fille Marine : "J'ai honte qu'elle porte mon nom"

  • A
  • A
Jean-Marie Le Pen répudie sa fille Marine : "J'ai honte qu'elle porte mon nom"
Jean-Marie Le Pen@ AFP
0 partage

Suspendu du Front National lundi, le cofondateur du parti dénonce sur Europe 1 une "félonie". Et a des mots très durs vis-à-vis de sa fille Marine Le Pen.

EXCLUSIF

Sa réponse ne s'est pas fait attendre. Après avoir été suspendu du Front National comme adhérent lundi, Jean-Marie Le Pen a vivement réagi sur Europe 1. Interrogé par Thomas Sotto, le cofondateur du FN qualifie la décision du bureau exécutif de "félonie".

"J'ai honte qu'elle porte mon nom". Jean-Marie Le Pen a des mots très durs pour sa fille, présidente du parti. "J'ai honte que la présidente du Front national porte mon nom et je souhaiterais d'ailleurs qu'elle le perde le plus rapidement possible. Elle peut le faire soit en se mariant avec son concubin, soit peut-être avec M. Philippot ou avec quelqu'un d'autre", assène-t-il. "Moi, je ne souhaite pas que la présidente du Front national s'appelle Le Pen".

"Elle traite son père et le président fondateur du Front national d'une façon absolument scandaleuse", renchérit Jean-Marie Le Pen. A la question : "répudiez-vous votre fille ?", il répond sans détour : "tout à fait !" Le député européen reste moins catégorique quand il s'agit de dire qu'il coupe définitivement les ponts avec sa fille, arguant que "c'est la mort qui coupe les ponts".


"Pas du tout l'intention de prendre ma retraite". Alors que Marine Le Pen ne souhaite plus que la parole de son père engage le FN, celui-ci rétorque : "je n'ai jamais parlé au nom du Front national sauf quand j'en étais le président. C'est le président du Front national qui exprime l'opinion du Front national". Mais bien loin de lui l'idée de se retirer de la vie politique. "Je ne suis pas du tout retraité politique et je n'ai pas du tout l'intention de prendre ma retraite", martèle-t-il.

"Je me battrai par tous les moyens". Alors qu'il a été suspendu lundi par le bureau exécutif du FN et que son statut de président d'honneur est menacé, Jean-Marie Le Pen compte bien contre-attaquer. Il dit vouloir "rétablir la justice et la dignité, dans un parti politique qui jusque là en faisait une règle". "Je me battrai par tous les moyens pour faire rétablir la justice", affirme le cofondateur du FN. "Je pense d'ailleurs que beaucoup d'adhérents du Front national vont faire savoir à Marine Le Pen, ou ex-Le Pen, ce qu'ils en pensent".

"Un véritable complot". Interrogé sur les propos de Marine Le Pen, qui l'a accusé dimanche sur Europe 1 d'"actes de malveillance", Jean-Marie Le Pen dénonce des "mensonges destinés à soutenir ce qu'on peut appeler un véritable complot, pour substituer à la direction du Front national une nouvelle équipe qui tient sans doute Marine Le Pen". Et le président d'honneur du FN de dénoncer à nouveau l'entourage de sa fille : "je sais qu'elle est entourée d'un certain nombre de gens qui sont des socialo-gaullistes, qui sont des gens d'origines diverses et qui ne sont pas dans l'esprit qui a présidé à la vie du Front national pendant 40 ans", explique-t-il, citant "par exemple" Florian Philippot, vice-président du FN et bras droit de Marine Le Pen.

"Marie-toi, ça te permettra de changer de nom". Jean-Marie Le Pen souhaite-t-il tout de même une victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2017 ? "Pour l'instant non, parce que si de tels principes moraux devaient présider à l'Etat français, ça serait scandaleux", répond-il. Et de conclure en s'adressant cruellement à sa fille : "je lui dis : marie-toi, ça te permettra de changer de nom, ça me soulagera la conscience".