Jean-Marie Le Pen pronostique l'élection de sa fille en 2017

  • A
  • A
Jean-Marie Le Pen pronostique l'élection de sa fille en 2017
Jean-Marie Le Pen est certain que sa fille remportera la présidentielle de 2017.@ MAXPPP
Partagez sur :

PRÉDICTION - Jean-Marie Le Pen, 85 ans, est certain que sa fille remportera la présidentielle de 2017. 

L'INFO. Jean-Marie Le Pen est sûr de lui. Âgé de 85 ans, le président d'honneur du Front national a assuré qu'il serait réélu en mai au Parlement européen, où il siège depuis 30 ans. Et il est également certain que sa fille Marine remportera la présidentielle de 2017.

Un meeting sous haute tension. Jean-Marie Le Pen s'exprimait devant quelque 500 partisans à Toulouse, où était organisés un repas patriotique et un meeting. Le tout sous haute surveillance policière, car deux manifestations anti-FN étaient prévues. Aux alentours, la police avait ainsi déployé 120 homme, dont une compagnie de CRS, chargés notamment d'empêcher des militants de l'Union antifasciste toulousaine (UAT) de s'approcher de la salle.

Marine Le Pen en 2017 ? Devant ses partisans, Jean-Marie Le Pen a donc affirmé : "cette élection [municipale] est la première d'une série qui doit conduire - j'en ai le sentiment profond - à l'élection de Marine Le Pen en 2017". Même certitude sur son propre avenir : "il y a trente ans que je suis au Parlement européen et je vais y retourner, si 'le patron' ne me rappelle pas trop vite".

L'Europe, "une espèce de monstre". Jean-Marie Le Pen a consacré une large part de son discours à l'Europe, vue comme un "carcan", "une espèce de monstre" ou encore "une dictature qui ne dit pas son nom". "L'immigration nous ruine", a-t-il aussi martelé, dépeignant "une France dévastée" ainsi qu'"un monde qui va devenir tragique".

"Non au halal, oui à la saucisse de Toulouse !". A ses côtés, Serge Laroze, 73 ans, tête de liste du FN pour les municipales à Toulouse. Crédité de 6% d'intentions de vote dans les sondages, il a décrit la ville comme la capitale des "recruteurs du jihad". Pour les cantines scolaires, il a préconisé "des nourritures de chez nous", s'exclamant : "non au halal, oui à la saucisse de Toulouse !".

sur le même sujet, sujet,

INTERVIEW E1 - "Je croyais que Marine Le Pen était la nouvelle Mandela"

SONDAGE - A Béziers, Robert Ménard gagne des points

RAPPEL - Une candidate FN démissionne, le parti l'attaque