Jean-Luc Mélenchon : "Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous"

  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon : "Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous"
"Ce soir s'achève la présidence la plus lamentable de la Ve République" : c'est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon a débuté son discours après la victoire d'Emmanuel Macron dimanche.@ Capture d'écran France 2
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche soir ses électeurs du premier tour à se mobiliser en vue des élections législatives, critiquant le programme du nouveau président élu Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron à peine élu, Jean-Luc Mélenchon a lancé dimanche soir la bataille des législatives. Dans son discours, le leader de la France insoumise a appelé ses sept millions d'électeurs du premier tour à se mobiliser pour les prochaines élections, les 11 et 18 juin prochains. 

"Il est temps de faire un choix positif". "Une nouvelle majorité parlementaire est possible autour de nous", a assuré Jean-Luc Mélenchon, appelant "tous ceux qui sont prêts à rompre avec le passé à se joindre" à son mouvement, la France insoumise, pour les législatives de juin. "Les élections législatives doivent montrer qu'après un vote de refus et de peur, il est temps de faire un choix positif", a-t-il lancé lors d'une brève allocution, exhortant par ailleurs le nouveau président à être "obsédé" par les démunis. 

Critique du programme de Macron. "Puisse le sens du destin de notre patrie vous habiter M. Le président et la pensée des démunis, sans droit, sans toit, sans emploi, vous obséder", a-t-il ainsi souligné. "Puisse la France y trouver son compte mais mieux vaudrait y veiller par nous même". Le programme du "nouveau monarque président est connu", a-t-il ajouté. "C'est la guerre contre les acquis sociaux du pays et l'irresponsabilité écologique".

"Notre pays a massivement rejeté l'extrême-droite". "Une nouvelle fois, en dépit de tout, par l'abstention, les bulletins blancs et nuls, comme par les votes au nom de Monsieur Macron, notre pays a massivement rejeté l'extrême-droite car elle est étrangère à l'identité républicaine de la France", a également commenté celui qui était arrivé en quatrième position au premier tour. 

"Ce soir s'achève la présidence la plus lamentable de la Ve République, qui aura détruit pratiquement toute confiance autour d'elle", a-t-il encore lancé à l'égard du quinquennat de François Hollande.

Le résultat. Emmanuel Macron a été élu dimanche président de la République en battant largement la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, lors d'un second tour marqué par une forte abstention. Emmanuel Macron a obtenu entre 65 et 66,1% des voix face à Marine Le Pen (33,9% à 35%), selon les premières estimations disponibles dimanche soir. Le second tour a été marqué par la plus forte abstention depuis 1969, qui devrait selon les sondeurs dépasser les 25%. Contrairement à 2002 où la présence du Front national avait mobilisé, la participation recule nettement par rapport au 1er tour (22,23%).