Jean-Luc Mélenchon appelle les Martiniquais "à la rescousse"

  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon appelle les Martiniquais "à la rescousse"
Jean-Luc Mélenchon a passé 48h en Martinique.@ Lionel CHAMOISEAU / AFP
Partagez sur :

Jean-Luc Mélenchon a présenté son plan pour l'Outre-mer lors d'un meeting en Martinique.

Au terme d'une visite de 48 heures en Martinique, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise a déclaré qu'il était venu appeler les Martiniquais "à la rescousse" en vue de la présidentielle de 2017, samedi lors d'un meeting au Lamentin. "Je suis venu vous appeler à la rescousse. Je suis venu vous enrôler pour une cause plus grande que la vie de chacun d'entre nous et qui concerne le destin de la patrie commune et le destin des Françaises et des Français", a-t-il lancé.

Un document de travail en préparation. Devant plusieurs centaines de personnes, le candidat avait d'abord précisé qu'il n'était "pas venu promettre de l'aide". A propos de son programme, Jean-Luc Mélenchon a indiqué qu'il était "au début d'un processus" avec la mise en ligne d'un document de travail appelé à devenir, avec la contribution de tous, "un patrimoine intellectuel commun". 

Se rapprocher des Caraïbes. Jean-Luc Mélenchon a par ailleurs appelé à un changement de vision sur le monde et les îles. Rappelant que "la plus longue frontière commune de la France est avec le Brésil et non avec l'Allemagne", il a estimé que la France devait "entrer dans les coalitions des pays des Caraïbes et d'Amérique latine" citant "Alba et Mercosur". Contestant les termes de "régions ultrapériphériques", le candidat de " la France insoumise" a déclaré que "les îles ne sont pas des territoires exotiques".

Un plan pour l'Outre-mer. Enfin au cours de son meeting, Jean-Luc Mélenchon a esquissé un certain nombre de thèmes visant à "faire des Outre-mer des territoires pilotes de la planification écologique". Il a notamment appelé à développer "l'économie de la mer" riche d'un potentiel de création de "trois cents mille emplois", "l'autonomie énergétique" ou encore "la souveraineté alimentaire".