Hulot à gauche toute

  • A
  • A
Hulot à gauche toute
Nicolas Hulot a amorcé un virage à gauche stratégique et soigneusement préparé.@ MAX PPP
Partagez sur :

Lors de l’officialisation de sa candidature jeudi, le journaliste va confirmer son virage à gauche.

Nicolas Hulot va donc enfin faire le grand saut. L'animateur d'Ushuaia va annoncer sa candidature à la présidentielle mercredi en fin de matinée à Sevran. Celui qui a signé et fait signer le Pacte écologique en 2007, qui a contribué au Grenelle de l'environnement sous Nicolas Sarkozy, opère cette fois un virage à gauche.

Nicolas Hulot s'emploiera à rassurer l'électorat de gauche jusque dans la mise en scène de sa candidature. Lui qui ne s'était jamais exprimé clairement sur Nicolas Sarkozy rompt le silence dans une interview au Nouvel Observateur publiée jeudi : "la transformation écologique ne se fera pas avec ce camp-là", tranche le futur candidat. "C'est culturellement incompatible". Autre signal envoyé à la gauche : il donnera sa première interview audiovisuelle sur une radio de service public.

Une conversion soigneusement préparée

Et pour sa déclaration proprement dite, c'est un ancien communiste converti aux Verts, Stéphane Gatignon, qui l'accueille dans l'une des villes les plus pauvres de France, à Sevran. "Je pense qu’il est conscient aujourd’hui que de toute façon il faut battre Nicolas Sarkozy et que demain, c’est la nécessité pour changer de politique et redonner un peu d’espoir dans notre pays qu’il y ait à la fois un président de gauche et une majorité de gauche au Parlement. Donc là-dessus, il n’y pas d’inquiétude. Ce sera un très bon candidat."

Cette conversion à gauche a été soigneusement préparée. En janvier dernier, Nicolas Hulot a rencontré en toute discrétion Dominique Strauss-Kahn lors de son passage à Paris. Après l'acte originel de la candidature suivront des propositions concrètes avec ce défi : convaincre l'ensemble de la gauche.

Hulot peut "grappiller des voix au FN"

Les "deux tiers" de l'électorat potentiel de Nicolas Hulot sont "orientés à gauche", a estimé le politologue Roland Cayrol au micro d'Europe 1. Mais l'animateur vedette de TF1 a un avantage sur Eva Joly : il peut "franchir des frontières que les écologistes n'arrivent pas à franchir". Avec son image de "quelqu'un qui n'est pas un politique, qui croit en ce qu'il fait", il peut grappiller des voix "un peu partout", a poursuivi le politologue. Et "même au FN", dans le sens où Nicolas Hulot est "quelqu'un qui permet de ne pas se prononcer pour les partis classiques".