Le député UMP du Nord, Christian Vanneste, en conflit avec le parti présidentiel pour ses propos jugés homophobes, affirme que les homosexuels et leurs défenseurs "prolifèrent" dans les rangs de l'UMP, où règne "la police de la pensée". Dans une lettre qu'il vient d'adresser au chef de file des députés UMP, Christian Jacob, et qui est reproduite sur son site internet, Christian Vanneste dénonce le "lynchage" dont il a été l'objet après ses propos sur la déportation des homosexuels français pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Mes interventions sur l'homosexualité sont rares, beaucoup moins dures que certains de nos amis. Elles sont fondées sur des connaissances historiques, psychologiques, anthropologiques" mais suscitent "invariablement une censure, qui tend à m'interdire d'évoquer le sujet, sans doute en raison même de la pertinence même de mes propos", affirme l'élu du Nord.