Hollande, un changement et ça repart

  • A
  • A
Hollande, un changement et ça repart
@ PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :

Le départ de Sylvie Hubac, sa directrice de cabinet, marque un nouveau départ pour François Hollande

L’INFO. Deux ans et demi après son élection, l'équipe rapprochée de François Hollande a été totalement renouvelée. Après le remaniement du printemps dernier - Pierre-René Lemas, secrétaire général, David Kessler, chargé de la Culture, Thierry Rey, conseiller en charge des Sports et Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint, avaient notamment pris le large -, deux nouveaux départs ont été annoncés vendredi, notamment celui de sa directrice de cabinet, Sylvie Hubac.

hub

"La personne plus puissante à l’Elysée après Hollande". Membre de la promotion Voltaire de l’ENA - la même que François Hollande -, cette intime du chef de l’Etat était "la personne plus puissante à l’Elysée après lui", assure un ancien conseiller. C’est notamment elle qui a organisé les commémorations autour du centenaire de la Grande Guerre, tout au long de l’année. C’est aussi elle qui a mené la réforme territoriale ou suivi les dossiers sur la réforme des institutions et de la justice.

>> LIRE AUSSI - Valls-Hollande, le couple qui a décidé de s'entendre

Toute l’équipe renouvelée. Avec le départ de Sylvie Hubac, pièce maîtresse de son dispositif - qui avait prévenu dès son entrée en fonction qu’elle s’arrêterait à mi-mandat -, François Hollande a achevé le renouvèlement complet de son équipe. Du secrétariat général à la communication, en passant par les relations avec les élus, la cellule diplomatique ou le service Internet, tous les postes clés ont été renouvelés.

"Un mouvement naturel", mais… A l’Elysée, on minore l’importance de ces départs, assurant qu’il ne s’agit que d’"un mouvement naturel" tant ces fonctions sont soumises à une forte pression. Mais pour le chef de l’Etat, dont la cote de popularité repart à la hausse, c’est aussi un bon moyen politique d’acter le basculement dans une nouvelle phase du quinquennat.

>> LIRE AUSSI - Popularité : le pire est-il passé pour Hollande ?