Hollande : "On verra à la fin si j'ai pris le bon chemin"

  • A
  • A
Hollande : "On verra à la fin si j'ai pris le bon chemin"
@ CAPTURE D'ECRAN FRANCE INTER
Partagez sur :

Invité de France Inter, le président de la République François Hollande a défendu sa politique, "une politique de gauche".

Rendez-vous à la fin du quinquennat. Alors que sa majorité ne cesse de s'effriter, François Hollande assume sa politique social-démocrate. Fait-il toujours des "choix de gauche" ? "Il y a toujours plusieurs chemins, plusieurs politiques possibles. Est-ce que j'ai pris le bon chemin ? Nous le verrons à la fin, parce qu'un chemin, c'est là où il conduit et je fais tout pour que la France soit plus forte et plus juste à la fin de mon quinquennat", a répondu le chef de l'Etat. Est-ce que c'est un chemin de gauche ? C'est un chemin qui fait en sorte que nous puissions donner de la force à notre économie sans remettre en cause notre modèle social", s'est défendu le président.

>> LIRE AUSSI - Ce qu'il faut retenir de l'interview de François Hollande

Pour illustrer son propos, François Hollande a pris deux exemples : le compte pénibilité et la réforme de la formation qui, sont, selon lui, de "grandes réformes de gauche". "Le compte pénibilité, qui va faire que pour ceux qui travaillent la nuit, aux 3-8, d'avoir des formations supplémentaires ou partir plus tôt à la retraite", a-t-il conclu.

"Il n'y a jamais une seule politique". Confronté à l'une de ses propres citations, issues de son discours au Bourget en janvier 2012 : "l'Histoire n'est pas une addition de fatalités successives, elle nous enseigne qu'il y a toujours plusieurs chemins". François Hollande a répondu : "Il y a toujours plusieurs chemins, c'est une phrase qui me paraît essentielle dans la vie politique, pour que la démocratie existe". "Il n'y a jamais une politique et une seule qui pourrait être définie", "heureusement".

Hollande Valls AFP 1280

© AFP/PATRICK KOVARIK

"Je ne me préoccupe pas de la présidentielle". Sans surprise, François Hollande a éludé les questions sur d'éventuelles primaires à gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017. "Vous pensez que quand je viens d'évoquer ces sujets (économiques, sociaux, ndlr), je vais parler des primaires ?", s'est exclamé le chef de l'Etat. "Je suis président de la République, je suis à mi-mandat, l'élection présidentielle c'est donc dans deux ans et demi. Eh bien pour l'instant, je ne me préoccupe pas, croyez-moi, de l'élection présidentielle, je me préoccupe essentiellement des Français", a déclaré François Hollande. Quand se préoccupera-t-il de l'élection alors ? "Quand elle arrivera, vous avez la date", a répondu le chef de l'Etat.