Hollande : "les forces françaises n'ont pas vocation à rester en Centrafrique"

  • A
  • A
Hollande : "les forces françaises n'ont pas vocation à rester en Centrafrique"
@ Reuters
Partagez sur :

RÉSUMÉ - François Hollande a délivré un discours en mémoire des deux Français tués à Bangui.

#L'ESSENTIEL

- Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, les deux soldats du 8e RPIMa de Castres tués en Centrafrique, ont été élevés au rang de chevalier de la Légion d'honneur lors d'une cérémonie d'hommage lundi aux  Invalides
- François Hollande, dans son discours, a évoqué "des crimes contre l'humanité" en Centrafrique
- Le chef de l'Etat a assuré que "les forces françaises n'ont pas vocation à rester durablement en Centrafrique"

>> Revivez minute par minute cet hommage national présidé par François Hollande

12h18 : La cérémonie est terminée. Après l'éloge funéraire du président, les deux cercueils ont quitté la Cour d'honneur des Invalides. François Hollande va désormais s'entretenir, en privé, avec les familles.

Sans-titre-10

12h07 : Légion d'honneur pour les soldats. François Hollande, devant le cercueil de Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, a élevé les deux soldats au rang de chevalier de la Légion d'honneur. Et La Marseillaise de retentir à nouveau.

12h05 : "nous sommes un grand pays". Empreint de gravité, François Hollande rappelle à la tribune qu’ "une nouvelle fois, le monde s‘est tourné vers l’armée française. A ceux qui se demandent 'pourquoi toujours la France ?', je leur réponds, 'mais parce que nous sommes la France !' C’est ce qui fait que nous sommes un grand pays, reconnu comme tel, influent sur la scène internationale, capable de faire entendre sa voix. Ce rôle, ce statut, cette place, la France la doit à son armée, à ses soldats. En Centrafrique, nous en avons apporté une démonstration éclatante. Voilà pourquoi la France, par ma voix, manifeste sa gratitude à l’égard de nos soldats." Et de conclure son intervention par le traditionnel : 'vive la République et vive la France'. Le chef de l'Etat a également assurer que "les forces françaises n'ont pas vocation à rester durablement en Centrafrique".

Sans-titre-11

12h : Hollande justifie sa décision. Le président a expliqué pourquoi il avait décidé d’envoyer les troupes françaises en Centrafrique. "J’ai pris la décision d’engager nos soldats aux côtés des forces africaines dans le cadre d’un mandat fixé par le conseil de sécurité de l’ONU. Parce que quand des crimes contre l’humanité sont commis, c’est l’honneur de la France de tout faire pour y mettre fin. La sauvegarde des vies humaines est une obligation quand l’abomination menace. Et si la France n’était pas intervenue, les massacres, les carnages continueraient."

>> A LIRE AUSSI : Fabius : "la France n'est pas le gendarme de l'Afrique"

11h56 : "Tristesse de la Nation". Après avoir rappelé le parcours des deux soldats, François Hollande s’est adressé à leurs familles, présentes : "je vous redis la tristesse de la Nation face à la disparition prématurée de votre enfant. A vous soldats du 8e RPMI, je partage l’motion qui vous étreint en ce moment même avec la disparition de votre camarade."



11h50 : "Ils sont allés jusqu’au bout de leur devoir". François Hollande entame son discours en mémoire des deux soldats. "Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio  sont morts pour la France. Ils étaient deux vaillants soldats qui effectuaient une belle et noble mission : sauver des vies humaines en Centrafrique. Ils sont allés jusqu’au bout de leur devoir, au service de la paix", a déclaré le président.

11h45 : les cercueils entrent dans la cour des Invalides. Une fois que François Hollande a salué les familles des victimes et les diverses personnalités conviées à la cérémonie, les deux cercueils ont pu faire leur entrée dans la Cour d'honneur des Invalides.

Sans-titre-8

11h42 : la Marseillaise retentit. L'hymne national est joué par la garde républicaine pendant que le président passe les troupes en revue.

11h40 : François Hollande est arrivé. Le chef de l’Etat, comme souvent en retard, va présider la cérémonie, qui débutera dans quelques instants dans la Cour d’honneur des Invalides. Très marqué par sa visite à Bangui la semaine dernière, le président tenait à être présent pour honorer la mémoire des deux soldats français, à qui il va remettre la légion d’honneur à titre posthume.

Sans-titre-4

11h05 : David Doukhan, journaliste à Europe 1, est sur place :





10h : Le cortège funéraire circule dans les rues de Paris

Sans-titre-2

9h30 : En attendant la cérémonie. Des membres de l'armée rendent hommage à leurs collègues décédés sur le pont Alexandre III, comme on le constate sur cette photo. La cérémonie officielle, qui se déroulera en présence de François Hollande, débutera à 11h30.

Nouvelle-image

 

&&&, sur le même sujet

VIDEO : Kofi Annan : "Hollande a raison d’intervenir" en Centrafrique

REPORTAGE VIDEO : l'urgence humanitaire en Centrafrique

REPORTAGE - La haine communautaire règne

EN IMAGES -  Une journée en Centrafrique en 4 photos