Hollande: "la voix de Ferrand manquera"

  • A
  • A
Hollande: "la voix de Ferrand manquera"
@ Reuters
Partagez sur :

RÉACTIONS - La disparition à 42 ans du député socialiste interpelle politiques et dirigeants.

Son décès à peine annoncé, les réactions sont nombreuses, preuve de l'importance d'Olivier Ferrand, homme de l'ombre qui commençait à apparaitre au grand jour. Le député PS des Bouches du Rhône et fondateur du think tank Terra Nova est décédé samedi d'un arrêt cardiaque alors qu'il faisait du sport. De nombreuses personnalités ont regretté cette disparition. Extraits.

François Hollande : "un talent dont la République pouvait s’enorgueillir. "Olivier Ferrand créa, avec Terra Nova, un lieu de confrontation des idées, une vraie force de proposition et d'anticipation. Il était l'un de ces talents dont la République pouvait s'enorgueillir, et dont l'avenir était plein de promesses. Sa voix manquera à l'Assemblée nationale", a regretté le président François Hollande dans un communiqué, qui adresse ses "condoléances attristées" aux proches du tout nouveau député des Bouches-du-Rhône.

Lionel Jospin : "bouleversé par la disparition de son ami". "Doté de tous les dons du corps et de l'esprit, brillant espoir à gauche de la nouvelle génération politique, il est foudroyé peu de temps après la magnifique campagne qui en avait fait un député des Bouches-du-Rhône porteur, avec d'autres, de promesses de rénovation. Mes pensées vont vers sa femme, Carole, vers sa fille et vers ses parents dont il était la fierté", a déclaré dans un communiqué l'ex-Premier ministre Lionel Jospin, "bouleversé par la disparition de son ami", qui fut aussi son collaborateur à Matignon.

Claude Bartolone: "l'Assemblée nationale est en deuil". "Aujourd'hui, l'Assemblée nationale est en deuil et pleure la disparition d'un tout jeune député apprécié à la fois pour ses grandes qualités humaines et sa remarquable intelligence", a réagi le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, avant d'évoquer "un véritable choc pour toutes celles et ceux qui l'aiment et le respectent".

Martine Aubry : "il incarnait la génération du changement". "Aujourd'hui la France perd un homme qui incarnait admirablement la génération du changement arrivée au Palais Bourbon. Elle perd un homme pour qui l'engagement public n'était pas séparable du débat d'idées. Intellectuel passionné, il était une des figures de la jeune génération politique qui remuait les idées avec passion et novation à la tête de la fondation Terra nova", a salué la première secrétaire du Parti socialiste.

Jean-Louis Borloo : "un engagement au service de notre pays". "Au-delà des clivages politiques, je tiens à saluer son engagement au service de ses convictions et au service de notre pays. Olivier Ferrand était de ces hommes qui font bouger les lignes et refusent l'immobilisme. Son action au sein de la Fondation Terra Nova restera dans la mémoire de tous", a réagi Jean-Louis Borloo, président du Parti radical et du groupe centriste à l'Assemblée.

Frédéric Lefebvre : "une perte pour la communauté nationale". "Le départ brutal d'Olivier Ferrand, que j'appréciais humainement et avec qui je partageais souvent les préoccupations de nos compatriotes, est non seulement une perte pour le PS, mais pour notre communauté nationale", a rendu hommage Frédéric Lefebvre, ex-secrétaire d'Etat UMP.

Denis Olivennes : son "objectif était de moderniser la gauche". "Il avait fondé ce groupe, Terra Nova, qui était un groupe de réflexion dont l'objectif était de moderniser la gauche, de faire que la gauche soit réformatrice, modernisatrice, comme Tony Blair ne Grande-Bretagne ou Schröder en Allemagne. Il avait pleinement réussi", a réagi Denis Olivennes, PDG d'Europe 1, avant d'ajouter : "sa mort est terrible, elle arrive au moment où il avait atteint ses objectifs", a-t-il ajouté.