Hollande : "la seule dette qui doit être réglée, c'est de faire avancer l'humanité"

  • A
  • A
Hollande : "la seule dette qui doit être réglée, c'est de faire avancer l'humanité"
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

INAUGURATION DU MÉMORIAL - Lors de l'inauguration du Mémorial ACTe consacré à l'esclavage, dimanche à Pointe-à-Pitre, François Hollande a refusé l'idée d'une indemnisation financière. 

La "seule dette qui doit être réglée" aux descendants d'esclaves est de "faire avancer l'humanité", a déclaré François Hollande à Pointe-à-Pitre, restant ferme sur son refus d'une indemnisation financière. Le président de la République, inaugurant le Mémorial ACTe consacré à l'esclavage, s'est par ailleurs insurgé, comme il l'avait fait la veille en Martinique, contre les "nouveaux négriers" tels ceux qui œuvrent en Méditerranée pour faire passer des migrants.

Hollande loue le "combat pour la liberté d'Haïti". A quelques heures de l'inauguration de ce mémorial, l'Union générale des travailleurs guadeloupéen est sortie de sa réserve pour marteler que la France n'en a pas fait assez pour solder les trois siècles pendants lesquels l'esclavage était légal. Et son secrétaire général, Eli Domota, de réclamer sur Europe 1 un durcissement de la loi sur les propos faisant l'apologie de l'esclavagisme, ainsi que l'ouverture du "dossier des indemnisations d'esclaves et de la restitution des terres". "La seule dette qui doit être réglée, c'est de faire avancer l'humanité. C'est ce que ce Mémorial (ACTe) nous rappelle", a répondu le président de la République, devant ce grand centre caribéen d'expressions et de mémoire de l'esclavage, en présence d'une trentaine de dirigeants africains et caribéens. 

S'adressant directement au président haïtien Michel Martelly, chez qui il se rendra mardi pour la première visite officielle d'un chef d'Etat français depuis l'indépendance, François Hollande a dit sa "fierté" de le voir participer à ce 10 mai un peu particulier. Il a souligné "l'exceptionnel combat pour la liberté d'Haïti", "première colonie libre, première République noire ayant fait échec au rétablissement de l'esclavage" par Napoléon en 1802.

"La France est capable de regarder son histoire". Le Mémorial ACTe a vocation, "en évoquant le passé, de prévenir les fléaux qui menacent" et notamment "le poison du racisme", érigé en grande cause nationale en 2015 en France, a souligné le président français. "La France toute entière est engagée dans cette reconnaissance au-delà des sensibilités, des philosophies. La France est capable de regarder son histoire, parce que la France est un grand pays qui n'a peur de rien et surtout pas d'elle même", a affirmé François Hollande.