Hollande tacle l'appel à l'exode des juifs de Netanyahou

  • A
  • A
Hollande tacle l'appel à l'exode des juifs de Netanyahou
@ JACQUES BRINON / AFP
Partagez sur :

FERMETÉ - Le président de la République a condamné la profanation de 300 tombes dans un cimetière juif du Bas-Rhin. 

François Hollande a tenu à réagir vite. Au lendemain de la profanation de 300 tombes d'un cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, le président a fermement condamné ces actes. "Il ne peut pas être toléré d'actes antisémites dans notre pays", a déclaré le chef de l'Etat en déplacement lundi matin à Montry, en Seine-et-Marne. 

>> LIRE AUSSI - Bas-Rhin : 300 tombes profanées dans un cimetière juif

Hollande mardi dans le Bas-Rhin ? "Si les conditions sont réunies", le président se rendra mardi à une cérémonie après la profanation de tombes juives à Sarre-Union, la plus importante depuis près de 25 ans. Le chef de l'Etat a aussi appelé la communauté nationale au "sursaut" après ce nouvel acte antisémite. "C'est la troisième fois que ce cimetière est ainsi agressé", a par ailleurs constaté François Hollande. 

16.02 Plusieurs centaines de tombes ont été profanées au cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. 1280

© AFP

Le président en désaccord avec Netanyahou. Comme son Premier ministre l'avait fait sur RTL quelques minutes avant lui, François Hollande a assuré lundi que les Juifs ont "leur place en France". "Quand on est en campagne électorale, ça ne veut pas dire s'autoriser n'importe quelle déclaration", a d'abord lâché Manuel Valls. Un peu plus tard dans la matinée, le chef de l'Etat a marqué un peu plus le désaccord de l’exécutif avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui a appelé les Juifs européens à rejoindre Israël. "Je ne laisserai pas passer des paroles prononcées en Israël qui laisseraient penser que les Juifs n'auraient plus leur place en Europe et en France en particulier", a déclaré François Hollande. 

>> LIRE AUSSI - Netanyahou appelle les Juifs européens à immigrer en Israël