Hollande-Gayet ? Emmanuelle Cosse "s’en fout !"

  • A
  • A
Hollande-Gayet ? Emmanuelle Cosse "s’en fout !"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

GRAND RENDEZ VOUS - Pour la nouvelle patronne des Verts Emmanuelle Cosse, "ce n'est pas un sujet".

Hollande-Gayet ? "Je m’en fous !" Alors qu’on l’interrogeait sur la liaison supposée entre François Hollande et la comédienne Julie Gayet, la patronne des Verts a répondu très franchement dimanche lors du Grand rendez-vous Europe 1/iTélé/Le Monde "qu’elle s’en foutait" et "qu’elle n’était pas allé voir les photos sur Internet". "Trois Français sur quatre s'en foutent et je fais partie de ces Français-là", a déclaré Emmanuelle Cosse, en référence à un sondage Ifop pour le Journal du dimanche qui montre que cette relation supposée intéresse peu les Français et a peu d’impact sur l’image du président Hollande.

"Après c'est notre monde, aussi. Notre monde de communication est là", a-t-elle ajouté. "Ce qui m'importe, c'est de savoir ce que François Hollande va dire mardi (lors de sa conférence de rentrée, ndlr), son ambition pour la France pour 2014, c'est ça le sujet", a-t-elle dit. "De savoir s'il a une nouvelle compagne dans sa vie, ce n'est pas mon sujet", a tranché la secrétaire nationale d'EELV. "Si c'est comme pour Nicolas Sarkozy, détourner l'attente vers des sujets de vie privée alors qu'il faut qu'on parle de l'avenir du pays, de la difficulté pour certaines personnes de trouver un emploi, cela me semble être un problème", a encore estimé la chef de file des écologistes, faisant écho à la conférence de presse de Nicolas Sarkozy en 2008 où le chef de l’Etat avait déclaré 'Avec Carla, c’est du sérieux".

Dieudonné, "pas une affaire de spectacle". La nouvelle patronne des Verts Emmanuelle Cosse a aussi longuement évoqué la polémique Dieudonné. La secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts estime que l’affaire est loin d’être terminée. "Le débat juridique n’est même pas terminé parce que demain, il pourra y avoir une jurisprudence au fond", a indiqué Emmanuelle Cosse, rappelant que le Conseil d’Etat avait pris une décision en urgence, via la procédure de référé. "Aujourd’hui, ce qui a été interdit, c’est la tenue de ce spectacle (NDLR : Le Mur), demain, la question qui va se poser au juge, c’est est-ce que la venue de Dieudonné dans une ville cause un trouble à l’ordre public tellement fort qu’il vaut mieux l’interdire ? La question n’est pas celle du spectacle mais du trouble à l’ordre public", a conclu la patronne des Verts. « On ne vas juger un bon ou mauvais spectacle », a-t-elle ajouté.